la tribune libre

MUNICIPALE 2020

MUNICIPALE CASTRES / Première analyse

Nos résultats sont décevants et méritent une analyse approfondie. Je vous livre une première réflexion incomplète.

L’abstention a clairement profité à la droite.
La situation de crise sanitaire a profité aux maires en place. Dans une situation aussi anxiogène le changement n’est pas la première chose souhaitée.
Une étude au plan national de Ifop montre que l’électorat de gauche, plus jeune, s’est davantage abstenu.
Au plan local prenons 2 exemples : pour simplifier je n’ai pris en compte que le résultat à gauche de la liste Testas. La liste alternative fait dans les 2 bureaux 20 et 19 voix.
-  Le bureau Louis David : 28% de votants ! soit 72 % d’abstention.
Notre score est de 18% avec 51 voix. En 2014, la liste Testas obtient 186 voix (34%).Il nous manque 135 voix soit 72%
Bugis perd 64 voix sur 219 soit 30%
Arcèse gagne 7 voix par rapport à Soliverès en 2014.
On voit bien que notre électorat n’est pas allé voter.
-  Le bureau Louisa Paulin
Notre plus mauvais score : 9,16% contre 27% en 2014
Nous perdons 167 voix sur 204 en 2014 soit 80%
Bugis perd 100 voix sur 360 soit 30%
Ici Arcèse gagne 15 voix.
On voit encore que notre électorat n’est pas allé voter.

Ces 2 exemples montrent que l’abstention nous a été fatale, l’électorat de Bugis est allé voter .
Je n’ai pas pris en compte le vote FN qui s’est reporté sur Bugis.
Les résultats d’Arcèse, même s’il nous prend des voix, n’expliquent pas nos faibles résultats.

-  Un autre exemple : le bureau Jean Marc Buteau
Notre meilleur résultat : 25,84% résultat et 100 voix.
Les 2 listes de gauche en 2014 cumulent 33% et 280 voix.
Nous perdons 180 voix sur 280 soit 65%
Bugis perd 30% des voix et Arcèse perd des voix par rapport à Solivérès.
Autre exemple qui montre notre électorat n’est pas allé voter et ici ne s’est pas reporté sur Arcèse.

Retour sur la campagne menée.
Sur quoi avons-nous axé notre campagne ? Une critique de Bugis : contre le bétonnage, l’abandon des quartiers, l’asphyxie des associations. Il me semble que c’est plutôt juste et assez bien compris par une partie de la population. Nous avons fait très vite des propositions : centre ville piétonnier le samedi, augmentation du budget des associations, pistes cyclables, démocratie participative, maison de quartier, conseils citoyens et le dernier mois nous avons déployé les mesures sociales. Oui notre programme était écolo et social.
J’ai défendu le consensus sur l’autoroute et me suis prononcé pour un refus d’augmenter le nombre de caméras, pour un audit, pour une police de proximité. On peut penser que se prononcer sans nuance pour l’autoroute et pour l’augmentation des caméras aurait élargi notre audience…c’était la ligne d’Arcèse qui sur la question de l’autoroute et des caméras était en accord avec Bugis. Ce n’était pas une orientation de gauche.
Nous avons défendu de vraies mesures sociales : l’eau, le complément communal, l’Ephad public.
Est-ce que le programme était trop à gauche ? C’est la critique de Jean François Gilmer, je ne le pense pas, il défendait des valeurs de gauche et n’avait rien d’irréaliste. Il était aussi très écolo, trop ?
C’est la critique que l’on peut aussi nous faire.

Alors pourquoi notre électorat n’est pas allé voter ? Le corona virus est un des paramètres importants.
Il faut ajouter la faiblesse extrême des partis de gauche qui n’ont presque plus de relais dans les quartiers, les associations.
Nous payons le quinquennat Hollande, il n’y a qu’à voir les résultats aux présidentielles et aux européennes.
Nous payons aussi la crise des partis de gauche et leur incapacité à présenter une alternative politique. (Tous les partis ne sont pas en crise, l’extrême droite hélas se porte bien, même si ces élections municipales ne sont pas une grande réussite).
J’ajouterai que la sociologie de la ville de Castres ne nous est guère favorable, la moitié des actifs réside dans les communes périphériques et les retraités représentent 33% de la population, nous ne sommes pas à Toulouse ou à Paris.
Il nous faut patiemment reconstruire un réseau militant pendant les 6 ans qui viennent.

Cette campagne a permis de mettre en mouvement la gauche et de nombreux nouveaux nous ont rejoints. C’est un acquis important.

André MARTINEZ, le 19 mars 2020

P.-S.

" La « Tribune » est un espace éditorial d’expression libre à l’attention de celles et ceux qui souhaitent participer au débat essentiel à toute vraie démocratie participative. Les propos tenus dans les différents articles de cette rubrique n’engagent pas la responsabilité du groupe Europe Ecologie-Les VERTS de CASTRES et relèvent de l’entière et unique responsabilité de l’auteur(e). / Envoyez votre article à lecolocastres@ouvaton.org "

Répondre à cet article

Commentaires

2 Messages

  1. MUNICIPALE CASTRES / Première analyse

    les calculs d’André sont un peu fossés
    les voix manquantes à Bugis et au R.N.
    Font par apport à 2014 également une perte de 80% grosso modo....
    sans oublier que le nombre d’inscrit-es a diminué ...
    En conclusion il est illusoire de croire que les abstentionnistes soient de gauche.

    par aizpurua | 20 mars 2020, 02:28

    repondre message

  2. MUNICIPALE CASTRES / Première analyse

    Analyser le scrutin est important mais remettre en cause le programme parce que les résultats ne sont pas à la hauteur des espoirs est une curieuse façon de faire de la politique. Je ne suis pas Castrais et je ne me permettrais qu’un conseil : faire vivre durant les six années du mandat le collectif créé, l’élargir et surtout, surtout, faire que le collectif travaille en lien étroit avec les élu·e·s, participe aux décisions et s’exprime publiquement chaque fois que nécessaire.

    par Bernard CC | 20 mars 2020, 13:47

    repondre message