// Archives

la tribune libre

Cette catégorie contient 71 articles

Chronique de la fin d’un monde / Période II-semaine3

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Période 2 Semaine 3 Ici, à la maison, après deux semaines de solitude, c’est toujours la sidération, mais c’est aussi une fatigue qui s’installe. Comment vivre en toute tranquillité cette parenthèse géante, dans laquelle s’infiltrent, (...) (Lire la suite…)

LE DECONFINEMENT POUR LES NULS

Depuis ma zone d’inclusion, que je préfère largement à « confinement », j’ai été justement amené à réfléchir à ce fameux confinement. Notez tout d’abord que c’est un mot auto-oxymore, c’est à dire qu’il contient une chose et son contraire : con et finement. Si ça ne vous apparait pas immédiatement, inversez donc les termes : finement et con. Il y a bien sûr pas mal de (...) (Lire la suite…)

Chronique de la fin d’un monde / Période II-semaine2

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Période 2 Semaine 2 Dans mon cocon de verdure, un calme éternel semble être tombé du ciel, ou bien surgi des profondeurs de la terre. Ma maison dans la prairie était déjà silencieuse, mais là, il n’y a que la nature qui parle. (...) (Lire la suite…)

Chronique de la fin d’un monde / 4

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Mi-mars Le 12, il nous parle, notre Président. Avec beaucoup de componction, il félicite le dévouement du personnel soignant qui fait un travail si extraordinaire dans les hôpitaux. Je suis scandalisées : cela fait 20 ans qu’il continue, comme (...) (Lire la suite…)

Chronique de la fin d’un monde / 3

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Début mars A Mulhouse, suite à une semaine de prière et de jeûne organisée par une église évangéliste, rassemblant 2000 personnes mi-février, il y a tout d’un coup plusieurs contaminations, et le 7 mars, les écoles sont fermées pour éviter que le (...) (Lire la suite…)

Chronique de la fin d’un monde / 2

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Début février L’Italie est touchée, ainsi que l’Iran, et il paraît que les cas se multiplient très vite. Pourquoi ces deux pays plutôt que d’autres ? Peut-être parce qu’ils ont eu plus de contacts ces derniers temps avec la Chine ? En tous cas on (...) (Lire la suite…)

Chronique de la fin d’un monde / 1

« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine - Les animaux malades de la peste) Mi-janvier Des familles d’expatriés français reviennent avec ceux de leur proches venus les voir en Chine pendant les fêtes de fin d’année, car ils ont peur pour leur santé. Il se passe quelque chose. Il semble qu’une épidémie commence là-bas. Le (...) (Lire la suite…)

MUNICIPALE CASTRES / Première analyse

Nos résultats sont décevants et méritent une analyse approfondie. Je vous livre une première réflexion incomplète. L’abstention a clairement profité à la droite. La situation de crise sanitaire a profité aux maires en place. Dans une situation aussi anxiogène le changement n’est pas la première chose souhaitée. Une étude au plan national de Ifop montre que (...) (Lire la suite…)

Mon analyse suite aux résultats des élections municipales à Castres

La période de confinement est propice à la lecture, la réflexion et au débat. Je voudrais tout d’abord féliciter André Martinez pour la campagne électorale qu’il a menée. En d’autres temps elle aurait assurément eu un autre sort. Il a tenu bon dans les moments difficiles, ses prises de paroles publiques notamment lors des débats, ont été à la hauteur de (...) (Lire la suite…)

Une mauvaise nouvelle pour Castres

Pascal Bugis vient d’annoncer qu’il briguait un nouveau mandat municipal. Cela fera donc 6 mandats au total, dont un dans l’opposition qu’il aura effectué. Il déclare qu’il va ainsi “se débarrasser de tout carriérisme”. Après six mandats, excusez du peu, il n’y a pas plus carriériste. Quel toupet ! A son terme il laissera une ville vieillissante, certes propre sur (...) (Lire la suite…)