EcoJOLY

EcoJOLY / l’économie verte du projet d’Eva JOLY

Le projet économique d’Eva JOLY : le tourisme éthique et solidaire (19/23)

Europe Ecologie - Les VERTS développe un projet économique ambitieux, novateur qui débouchera sur une « transition écologique de l’économie ». Ce projet donne des réponses à des problématiques complexes mais dont les contours sont accessibles au plus grand nombre si on ne noie pas le lecteur dans un jargon économique de spécialiste…Je vous propose, en 23 articles thématiques, en 23 semaines (jusqu’aux élections) d’en voir les enjeux et surtout les mesures concrètes.

Tous les articles de la rubrique de Benoit THOMASSON ICI


Le tourisme équitable et solidaire regroupe les formes de tourisme "alternatif" qui mettent au centre du voyage l’homme et la rencontre et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires. L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de tourisme et ceci aussi bien à l’étranger qu’en France.

Les enjeux sont multiples :
- enjeux économiques avec le principe d’aide au développement local des territoires d’accueil car les bénéfices sont réinvestis dans des actions maîtrisées par les communautés d’accueil)
- enjeux sociaux à travers l’engagement de respecter des valeurs et des principes (refus du travail forcé, refus du travail des enfants, travailler d’abord avec les producteurs les plus défavorisés) du commerce équitable établis par la Plateforme Française du commerce équitable (PFCE) (www.quinzaine-commerce-equit... )
- enjeux de gouvernance car l’ensemble des projets est élaboré et géré en partenariat étroit avec les communautés locales et leurs représentants
- la transparence des modes de décisions, des transactions financières, de l’information au touriste (description réaliste du contenu des prestations proposées et sur une sensibilisation à la démarche particulière du tourisme équitable)

Il existe une charte nationale du tourisme équitable et solidaire (www.commercequitable.org/ima... ). Le réseau national des opérateurs associatifs affirme haut et fort que le voyageur qui opte pour cette forme de tourisme est un consommateur responsable qui a pris conscience que son attitude et ses actes sur place peuvent être pour les populations d’accueil autant un facteur de développement qu’un élément déstabilisateur ; en conséquence, il s’engage à se garder de toute attitude et de toute intervention qui pourrait bouleverser les équilibres sociaux, culturels et écologiques.

La France est la première destination touriste au monde. Ce secteur est créateur d’activités et d’emplois mais il exerce une pression sur les milieux naturels ; certaines collectivités se sont fortement endettées par une course dévastatrice au suréquipement et les emplois crées dans ce secteur sont trop souvent peu qualifiés et très précaires. Enfin, les touristes eux-mêmes sont désormais demandeurs d’activités moins standardisées, plus naturelles et permettant la découverte des populations et traditions locales.

Une politique écologiste du tourisme se fixe plusieurs objectifs :
- favoriser le tourisme en milieu rural
- vérifier que les équipements touristiques ne dégradent pas l’environnement (eau, forêt, paysages, gestion des déchets)
- favoriser les modes d’accès doux et collectifs au détriment de l’automobile sur les sites les plus fréquentés
- développer l’écotourisme, le tourisme social et solidaire en améliorant la qualité et la sécurité des emplois dans ce secteur, en favorisant la pluriactivité et la formation des personnes voulant s’engager dans les métiers du tourisme et l’accueil
- les dotations aux collectivités vertueuses pourraient être bonifiées : les sites naturels doivent bénéficier de la même fiscalité que les monuments historiques
- renforcer les règles d’urbanisme avec la fin des multiples dérogations aux lois « mer » et « littoral »
- encourager les bonnes pratiques en harmonisant les labels locaux de qualité et en développant les « chèques vacances Ecotourisme » Plus globalement, nous devons oeuvrer pour un monde plus solidaire et responsable (prochain article)

P.-S.

Il est temps de bâtir un nouveau modèle pour une économie décarbonée, dénucléarisée, efficace en ressources, relocalisée, définanciarisée, qui met la réduction des inégalités et l’emploi au cœur du projet. La semaine prochaine : Le tourisme éthique et solidaire