la tribune libre

Une mauvaise nouvelle pour Castres

Pascal Bugis vient d’annoncer qu’il briguait un nouveau mandat municipal. Cela fera donc 6 mandats au total, dont un dans l’opposition qu’il aura effectué. Il déclare qu’il va ainsi “se débarrasser de tout carriérisme”. Après six mandats, excusez du peu, il n’y a pas plus carriériste. Quel toupet ! A son terme il laissera une ville vieillissante, certes propre sur elle, minérale, bardée de granit et de fontaines, mais ayant perdu de sa substance économique et nombre de ses habitants. Qu’en est-il de l’humain et des quartiers ? Qu’en est-il de la démocratie municipale ? Dans le prochain mandat il dit vouloir aider les associations abandonnées par l’Etat. Quel toupet une fois de plus, lui qui s’est appliqué à réduire leurs subventions municipales et d’une manière drastique pour celles qui ne lui convenaient pas. Il laissera une ville qu’il aura contribué à isoler ( il n’est jamais responsable, de rien : "c’est la faute à L’Etat, à la Région, au Département, à l’Europe, à Christiane Taubira, à ses prédécesseurs" ), une ville en perte de vitesse. Reconnaissons-lui une excellente communication, de noyaux d’olives, aides diverses et variées ( chèques eau, bons d’essence, aide à la mutuelle ... ) dont les règles et les enveloppes réduisent le nombre à quelques bénéficiaires au niveau de la ville, il a fait une salade niçoise. La COP 21 a fixé un cap pour l’environnement et les villes ont un rôle majeur à jouer. Quelles actions ont été menées et à partir de quelle idée directrice, pour que la ville de Castres réduise son empreinte écologique et veille au bien-être et à la santé de ses habitants ? Vous pouvez chercher, il n’y a rien ou si peu. Au fil de ses mandats le Maire de Castres et Président de la Communauté d’Agglomération a géré comme un comptable, sans ambition. Je passe sur la condamnation de la ville suite à une remunicipalisation de l’eau mal ficelée qui coûte cher au contribuable Castrais et dont plus personne ne parle. Le dernier rapport de la chambre régionale des comptes ne s’y est pas trompé, la communauté d’agglomération de Castres Mazamet souffre d’un manque de vision et de l’absence d’un projet global partagé. Les réussites des Laboratoires Pierre Fabre et du Castres Olympique sont les deux arbres qui cachent une bien triste forêt. Je suis bien conscient que de nombreux habitants n’ont pas cette perception de la réalité, pourtant, et j’en suis convaincu, l’histoire retiendra qu’à l’époque où ce Maire aura sévi, correspond le déclin de la ville. Pour conclure je reprends la phrase de Talleyrand : " En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai ". P Bugis en a fait, avec quelques succès, sa philosophie politique. A l’approche des prochaines élections municipales la gauche a une grande responsabilité, elle doit s’unir pour bâtir un projet novateur promu par une équipe vraiment renouvelée, afin d’éviter aux castraises et castrais le mandat de trop de l’actuel Maire.

JF GILMER

P.-S.

" La « Tribune » est un espace éditorial d’expression libre à l’attention de celles et ceux qui souhaitent participer au débat essentiel à toute vraie démocratie participative. Les propos tenus dans les différents articles de cette rubrique n’engagent pas la responsabilité du groupe Europe Ecologie-Les VERTS de CASTRES et relèvent de l’entière et unique responsabilité de l’auteur(e). / Envoyez votre article à lecolocastres@ouvaton.org "