textes politiques

Les Verts, Cnir des 26 et 27 septembre 2009

Régionales 2010

Le 7 juin 2009 restera comme une date marquante de l’histoire de l’écologie politique en France. Les électrices et les électeurs ont fait rentrer parmi les principales forces politiques du pays les listes de Rassemblement de l’écologie, avec les Verts, leurs partenaires associatifs et de RPS, et des personnalités comme Eva Joly, connues pour des combats que les écologistes partagent.

Ce vote pour les listes Europe Ecologie n’est pas un épiphénomène sans lendemain mais le début d’une recomposition profonde de la vie politique autour de nos idées et de nos valeurs.

Les électrices et les électeurs, en ces temps de crise financière, économique, environnementale et sociale n’ont pas hésité à se tourner vers les écologistes. Alors que la majorité de droite du Président de la République poursuit son entreprise de destruction méthodique du système de protection sociale, ses attaques contre les principes d’indépendance de la Justice et de l’information, alors que le discours sur l’environnement de Nicolas Sarkozy est contredit par des décisions à l’inverse des intentions proclamées, alors que la gauche ne semble toujours pas prendre la mesure des responsabilités qui devraient être les siennes, les deux millions huit cent mille voix qui ont choisi de soutenir notre projet européen ont accru la responsabilité qui est la nôtre vis-à-vis des habitants de la planète .

Les élections régionales seront un rendez-vous essentiel.

Comme lors des élections européennes, nous devrons convaincre les électrices et les électeurs que nous sommes les plus aptes à mettre en place des politiques leur permettant de réaliser leurs aspirations en matière d’emploi, de cadre de vie, de transports, de logement, d’environnement et de démocratie. Mais ces élections, qui auront lieu à la moitié du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, auront aussi valeur
de test par rapport à une politique nationale qui, sous couvert de réformes et de rupture, fragilise plus encore la protection sociale, menace les libertés individuelles et les solidarités collectives et ne répond pas dans les faits aux urgences environnementales, sociales et politiques.

Les Conseils régionaux, en engageant la transformation écologique des territoires, peuvent créer des milliers d’emplois, réformer la formation professionnelle, protéger la biodiversité, soutenir le changement des modes de vie et ainsi contribuer au bienêtre de tous. Le rassemblement, sur un pied d’égalité, des écologistes politiques et associatifs, de militants régionalistes et altermondialistes, de syndicalistes et de citoyens, le métissage des cultures et des histoires militantes sont plus indispensables
que jamais pour parvenir à un projet partagé et le porter ensemble jusque dans les institutions régionales.

Ce projet ambitieux et crédible, nous souhaitons qu’il puisse prendre en charge les aspirations et intérêts de toutes les catégories sociales comme de toutes les générations, et qu’il soit porté dans chaque région au premier tour par une liste de large rassemblement des forces de l’écologie et de la solidarité.

Au second tour les Verts contribueront à construire un rassemblement majoritaire des écologistes et des forces de gauche, dont devra être issue la présidence de région, autour d’un projet commun dans le respect de la représentativité et de l’identité de chacun, dans le respect de la proportionnelle des résultats de premier tour et en tenant compte de la prime majoritaire. Pour préparer ce second tour et par souci de cohérence et d’efficacité, une coordination sera mise en œuvre entre le Collège
exécutif et les régions vertes.

L’éventuel élargissement du rassemblement de la gauche et des écologistes ne pourra se poser qu’ensuite, et strictement sur la base de propositions alternatives aux politiques menées par la droite. Dans chaque région, ne pourront participer aux majorités régionales ceux qui participent à des exécutifs locaux de droite.

Motion adoptée à l’unanimité

Conseil National Inter Régional des Verts Le 27 septembre 2009
Décision Cnir-09-098

Commentaires