le blog-notes

Que faire ? (3)

" Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre. " George ORWELL

Le spectacle est presque prêt : la distribution vient d’être bouclée. Pour celle-ci il nous a fallu attendre ce dimanche 29 janvier 2017 avec le choix définitif lors du deuxième tour de « La Belle Alliance Populaire » : Benoît HAMON.

Dans l’esprit du « dégagisme » des temps politiques contemporains après la ribambelle DUFLOT- SARKOZY-JUPPE-HOLLANDE pour ici – Hillary CLINTON ailleurs - ne restait plus que le dernier grain chez nous : VALLS. Quant à Mélenchon, sensible sismographe des profonds mouvements telluriques de notre société, ayant anticipé, n’étant pas du lot. Du moins pour le moment.

A gauche donc deux faux jumeaux, ou tout simplement cousins germains, de l’archipel socialiste : MELENCHON, HAMON. Et pour certains, paraît-il de plus en plus nombreux, le libéral soi-disant social MACRON.

Pour les écologistes : JADOT. Du moins jusqu’à hier. Hier matin. Car il est clair qu’au cours de la journée, beaucoup d’entre eux, à lire les commentaires sur les divers réseaux sociaux, forums et autres médias, ont participé au deuxième tour de « La Belle Alliance Populaire ». Pour voter HAMON. De fait aujourd’hui la candidature des écologistes, celle de JADOT, coincée entre l’éco-socialisme de MELENCHON et le socialisme-écolo de HAMON n’a plus aucune raison d’être. « Benoît HAMON a porté un discours de clarté sur l’écologie … » a-t-il dit ce matin chez Bourdin direct (BFMTV RMC).

Auparavant, il y a plusieurs semaines, Nicolas HULOT, la Pythie des écologistes, nous avait fait savoir qu’il avait été « bluffé » par MELENCHON : « C’est le seul qui a bossé sur l’écologie. » ; « C’est celui avec lequel j’ai le plus de plaisir à dialoguer. Sur certains dossiers c’est même lui qui m’en apprend, notamment sur la mer. Ah ça quand il bosse Mélenchon, il ne fait pas semblant." Il y a peu, entre les deux tours de « La Belle Alliance Populaire »,il a ajouté « Benoît Hamon a montré qu’on pouvait être socialiste et avoir une vision lucide, clairvoyante et ambitieuse sur l’écologie ». Pour JADOT, à ce jour, rien si ce n’est « l’écologie ne doit pas être verte mais bleu blanc rouge ». Voire rose rouge il semblerait.

Ite missa est.

A gauche, aujourd’hui, lendemain du deuxième tour de « La Belle Alliance Populaire », la candidature écologiste de JADOT est superflue.

La distribution étant faite reste plus que la mise en scène du spectacle à régler.

Le travail des prochains jours.

P.-S.

précédent article : Que faire ? (2) mercredi 9 novembre 2016

Répondre à cet article

Commentaires

4 Messages de forum

  1. Que faire ? (3)

    "La distribution étant faite reste plus que la mise en scène du spectacle à régler." En ces temps de, soi-disante, recomposition, l’uppercut de l’analyse est excellent ! Comme d’habitude ;-)

    David K.

    | 30 janvier 2017, 18:27

    Répondre à ce message

  2. Que faire ? (3)

    "La candidature de Jadot est superflue" ... et si on pousse le raisonnement un parti qui marie carpes et lapins sur le seul critère de l’écologie n’est-il pas superflu ? Je pose la question.

    par Bernard CC | 30 janvier 2017, 19:06

    Répondre à ce message

    1. Que faire ? (3)

      Réponse après l’élection présidentielle. Très certainement.

      par CAZOTTES Jean-Marc | 30 janvier 2017, 19:12

      Répondre à ce message

      1. Que faire ? (3)

        on croirait lire le canard enchainé....et si un jour vs étiez constructif.....

        par nicole joncret | 31 janvier 2017, 16:54

        Répondre à ce message