le blog-notes

Premiers de cordée

" Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre. " George ORWELL

Il fut un temps pour notre pays d’être peuplé d’alcooliques, d’illettrés, de fainéants et autres riens. Comme annoncé et promis viendront les temps nouveaux des premiers de cordée. Voilà, c’est fait ! Ils sont là ! Du moins les « Premiers de cordée ». Pour les temps nouveaux, on verra plus tard.

Ce dimanche 17 décembre, trois cents randonneurs, dont quelques dizaines de professionnels de la montagne, ont fait l’ascension du Col de l’Echelle culminant à 1762 mètres dans le Briançonnais des Hautes-Alpes. Malgré des températures plutôt basses, jusqu’à moins 14°C, et une trentaine de centimètres de neige accumulés au cours du week-end, sur un chemin particulièrement dangereux – fermé à la circulation en hiver - avec de possibles risques d’avalanches et d’éboulements, une longue cordée en guise de symbole à la veille de la journée internationale des migrants [1].

« Cordée solidaire » pour réclamer l’application de la notion d’assistance à personne en danger en zone de montagne. Les Alpes, du moins pour la zone frontière franco-italienne, sont devenues le passage quasiment obligé des réfugiés. Après avoir affronté les dangers de la traversée de la Mer Méditerranée, les Alpes sont leur deuxième épreuve. De Charybde en Scylla. Mais aucun de ces réfugiés n’est Ulysse.

Plus de trois mille morts – hommes, femmes, enfants - répertoriés en mer pour cette seule année. Certains montagnards craignent qu’au printemps le dégel ne révèle quelques découvertes macabres. Au cours de cette « cordée solidaire » un jeune africain de 22 ans, en état d’hypothermie avancée, a pu être secouru et transporté, après hélitreuillage par un Peloton de gendarmerie de haute montagne, au centre hospitalier de Briançon.

Beau symbole d’humanisme que cette initiative de « cordée solidaire ». Comme quoi des « premiers de cordée » peuvent être au service de la coopération et donc de la solidarité. Y voir un condensé de l’esprit républicain des « Droits de l’homme et du citoyen ». Loin, très loin, à l’opposé même de l’individualisme concurrentiel prisé par certains.

CAZOTTES Jean-Marc, le mercredi 20 décembre 2017

[1] Journée internationale des migrants 18 décembre