B/ CASTRES

MRAP comité de CASTRES : Les Gens du Voyage été 2011

Durant la période du 1er août au 23 août 2011 le Maire de Castres Pascal Bugis ferme l’aire d’accueil pour des travaux d’entretien (obligatoire pour les aires de passage). Les gens du voyage ( tous sédentaires) sont dans l’obligation de quitter l’aire sans qu’il leur soit proposé aucun hébergement.

Malgré l’intervention du MRAP, des élus de Castres à Gauche Vraiment auprès des autorités publiques et de la presse pour qu’une solution urgente leur soit proposée, rien n’a été fait. Installés sur des emplacements (public et privé), sans aucun sanitaire, ni eau, ni électricité,suite à l’occupation illégale de ces terrains, ils ont été assignés en référé auprès du T G I de Castres le 16 août 2011.

Des militants du MRAP et de Gauche sont venus nombreux marquer leur solidarité lors de cette audience : la ville a été déboutée des 1500 euros demandés mais les gens du voyage ont été condamnés à être expulsés.

L’aire est réouverte le 23 août, en présence de nombreux militants qui se doutaient qu’il allait y avoir un problème. Effectivement, 3 familles n’ont pas été autorisées à rentrer dans l’aire sans que aucun motif ne leur soit signifié.

Depuis cette date, ces 3 familles ( dont 9 enfants, 1 bébé de 1 mois, 1 personne cardiaque, diabétique et insuffisant respiratoire) se sont retrouvées dans un pré situé de l’autre côté de la rocade (terrain privé).

Depuis cette date, le MRAP de Castres,ainsi que le MRAP National, interpellent les autorités publiques ( mairie, sous-préfecture, préfecture, conseil Général, sénateur, député, commissaire,etc...

Rendant quotidiennement ( et très souvent plus) visite à ces familles pour les soutenir et temporiser face à l’absence de dialogue et de solution proposée par ces mêmes autorités, les militants du MRAP n’ont cessé de se mobiliser et de "mettre la pression" auprès de ces mêmes autorités.

Sans perspective, les 3 familles décident d’agir et de bloquer la rocade en brûlant des pneus.

Malgré l’intervention de la Préfète, du sous-préfet, du Président du Conseil Généra, des élus de Castres à Gauche Vraiment, du Président de l’UFAT (association des tsiganes)... Monsieur Bugis reste inflexible et ne propose aucune solution.

Ne veut -il pas , par cette attitude, en arriver à aggraver le conflit avec les gens du voyage, stigmatisant ainsi un peu plus cette population par rapport aux autres habitants de Castres ?

A ce jour, les familles sont assignées en référé au TGI de Castres par les propriétaires du terrain et la mairie pour occupation illégale et doivent se présenter à l’audience du 21 septembre à 14h.(elles seront représentées par leur avocate).

Le sous préfet de Castres a assuré au MRAP de Castres qu’une réunion devait se tenir ce même mardi, le matin, et qu’une solution de terrain serait proposée à ces familles.

Nous sommes donc mobilisés pour ce mardi 21 septembre à 14h. et apellons les militants et citoyens à nous rejoindre.

Nous vous tiendrons informés des résultats de la réunion et de l’audience afin de soutenir ces 3 familles dans leur lutte à venir.