EcoJOLY

EcoJOLY / l’économie verte du projet d’Eva JOLY

Le projet économique d’Eva JOLY :la Responsabilité Sociale des Entreprises( RSE) (17/23)

Europe Ecologie - Les VERTS développe un projet économique ambitieux, novateur qui débouchera sur une « transition écologique de l’économie ». Ce projet donne des réponses à des problématiques complexes mais dont les contours sont accessibles au plus grand nombre si on ne noie pas le lecteur dans un jargon économique de spécialiste…Je vous propose, en 23 articles thématiques, en 23 semaines (jusqu’aux élections) d’en voir les enjeux et surtout les mesures concrètes.

Tous les articles de la rubrique de Benoit THOMASSON ICI


De plus en plus d’entreprises reconnaissent leur responsabilité sociale et environnementale. Leurs démarches sont encouragées par :

- Au niveau international

  • le Global Compact qui a été lancé en 1999 sous l’impulsion de M. Kofi ANNAN. Cette démarche vise à proposer aux entreprises d’adhérer à dix grands principes dans les domaines des droits de la personne, du travail et de l’environnement ;
  • l’OIT dont la déclaration tripartite invite les entreprises à respecter et faire respecter les droits des travailleurs ;
  • l’OCDE qui promeut des principes directeurs à l’intention des entreprises multinationales.

- Au niveau communautaire

  • le conseil européen de Lisbonne qui a inscrit la RSE au premier rang des priorités politiques ;
  • le livre vert sur la RSE publié le 18 juillet 2001 et la communication de la Commission du 2 juillet 2002 ;
  • le Forum plurilatéral européen sur la responsabilité sociale des entreprises qui s’est tenu d’octobre 2002 à juin 2004. Il a remis un rapport à la Commission contenant une analyse des freins et des facteurs favorables affectant le développement de la RSE et des recommandations
  • le lancement, le 22 mars 2006, de l’Alliance européenne pour la responsabilité sociale des entreprises.

- Au niveau national :

la RSE est identifiée comme un moyen privilégié pour inviter les entreprises à participer à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement durable (http://www.developpement-durable.gouv.fr/Strategie-nationale-de,17586.html )

Cette prise en considération de la dimension transversale du concept par différents niveaux de décision montre que nos idées inspirent largement, bien au-delà des partis politiques.

Nous , écologistes, mettons l’Homme au centre des décisions économiques et sociales et la RSE offre des indicateurs, des normes tout à fait intéressants :
- la norme ISO : norme internationale dont vous pouvez avoir une illustration chiffrée dans
http://www.iso.org/iso/fr/iso-in-figures_2011.pdf

La norme la plus aboutie est l’ISO 26000, ISO responsabilité sociétale

Nous proposons ainsi de
- rendre obligatoire la norme ISO 26000 pour les acteurs économiques : dont entreprises ,Etat (celui-ci doit donner l’exemple)
- mettre l’accent sur une autre gouvernance des acteurs économiques inspirée de l’ESS (voir article 7 /23) : les salariés doivent être associés à la définition de l’organisation du travail comme de la stratégie. ; nous devons élargir l’approche de l’ESS à l’ensemble de l’économie publique et privée ; le dialogue entre les directions des entreprises et les différentes parties prenantes doit être institutionnalisé pour tenir compte de l’impact direct des acteurs sur les territoires ; des lieux de dialogue sociétal permanent seront crées avec les ONG, les collectivités territoriales, les associations…où les acteurs économiques sont implantés.
- faire, plutôt que dire et/ou seulement communiquer

P.-S.

Il est temps de bâtir un nouveau modèle pour une économie décarbonée, dénucléarisée, efficace en ressources, relocalisée, définanciarisée, qui met la réduction des inégalités et l’emploi au cœur du projet.

La semaine prochaine : La dette