EcoJOLY

EcoJOLY / l’économie verte du projet d’Eva JOLY

Le projet économique d’Eva JOLY : les services publics, acteurs essentiels de la conversion écologique de l’économie et de la société (9/23)

Europe Ecologie - Les VERTS développe un projet économique ambitieux, novateur qui débouchera sur une « transition écologique de l’économie ». Ce projet donne des réponses à des problématiques complexes mais dont les contours sont accessibles au plus grand nombre si on ne noie pas le lecteur dans un jargon économique de spécialiste…Je vous propose, en 23 articles thématiques, en 23 semaines (jusqu’aux élections) d’en voir les enjeux et surtout les mesures concrètes.

Tous les articles de la rubrique de Benoit THOMASSON ICI


Les écologistes pensent que l’économie doit être plurielle dans ses acteurs. Les entreprises privées (petites, moyennes ou grandes) doivent côtoyer les services publics et l’économie sociale et solidaire. Chacune de ces trois formes poursuivent des objectifs différents : les entreprises vendent des biens et des services marchands (c’est-à-dire payants, qui donnent lieu à la définition d’un prix, tout ceci lors d’un échange sur un marché réel ou virtuel) dans le but de faire des profits ; les services publics produisent des services non marchands , proposés par l’Etat et les collectivités locales (communes, départements, régions) et poursuivent une mission d’intérêt général ; enfin l’ESS propose une autre forme d’organisation fondée sur les principes de « un homme, une voix » et « mettre l’homme au cœur du système » (associations, mutuelles, coopératives, SCOP et fondations : voir article 7/23).

Pour nous les services publics sont essentiels pour le bien être de la population (santé, éducation, lien social…), pour les entreprises (infrastructures, formation, gestion…), et pour la conversion écologique de l’économie. Alors que les libéraux considèrent les services publics comme un coût (qu’il faut réduire), nous pensons au contraire qu’ils constituent un investissement et un devoir .Le service public est un outil de la communauté pour respecter les règles qu’elle s’est donnée, pour préparer son avenir collectif, pour assurer sa cohésion sociale (en créant ou renforçant les liens entre les individus et entre les individus et la société) et créer de la solidarité. Il est l’outil de l’intérêt général. Les 5 millions de fonctionnaires sont responsables au quotidien de missions essentielles.

Pour les améliorer, nous proposons :
- la remise en cause de la règle de non remplacement aveugle d’un fonctionnaire sur deux
- un bouclier services publics permettant d’assurer une égalité d’accès aux services publics essentiels : que ce soit en zone rurale ou dans les banlieues, voire en zones périurbaines, nous travaillerons avec les collectivités locales, les collectifs d’usagers et les opérateurs de services publics pour déterminer les modalités les plus adaptées d’organisation de ce bouclier
- le réexamen de la politique d’externalisation sans discernement menée au nom de la révision générale des politiques publiques (RGPP) : trop de services ont été confiés à des opérateurs (externalisation) ce qui a contribué à faire disparaître trop de services publics de proximité et amputer arbitrairement certains services d’une partie de leurs ressources humaines
- la résorption urgente de la précarité des emplois, en donnant la priorité à la santé et à l’éducation (trop de statuts fragiles et imposés)
- une charte pour l’environnement : les services publics doivent être exemplaires au niveau de la conversion écologique
- la lancement d’une négociation globale sur les fonctions publiques pour qu’elles deviennent de meilleurs employeurs (politique managériale et organisationnelles) en terme de mobilité interne, géographique, sectorielle et hiérarchique et en intégrant une gouvernance plus sociale
- ouverture systématique de tous les conseils d’administration des grandes entreprises publiques à des représentants des usagers, riverains, etc. et l’instauration de formes de démocratie participative à tous les échelons territoriaux pertinents (à noter que certaines collectivités locales y sont déjà engagées dans le cadre d’un Agenda 21 www.comite21.org/ )

Il conviendra d’ouvrir un certain nombre d’expérimentations permettant d’envisager :ca
- le renforcement des capacités de contrôle des partenariats publics privés pour s’assurer de la bonne conduite des missions déléguées
- l’ouverture du statut de fonctionnaire à des personnes de nationalité étrangère
- l’avancée vers des services publics européens, en commençant par exemple par un corps de fonctionnaire des douanes et gardes côtes

P.-S.

Il est temps de bâtir un nouveau modèle pour une économie décarbonée, dénucléarisée, efficace en ressources, relocalisée, définanciarisée, qui met la réduction des inégalités et l’emploi au cœur du projet.

La semaine prochaine : libérer l’économie de la finance