LES VERTS

Communiqué de presse Europe Ecologie-les Verts

Le gouvernement fait le choix de l’insécurité sociale

Anny Poursinoff, députée Europe Ecologie – les Verts, Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy interviendront lors du débat sur le Projet de loi de financement de la sécurité sociale qui débute mardi 26 octobre à l’Assemblée nationale.

Paris, le 26 octobre 2010 :

A l’ouverture du débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale, les écologistes dénoncent la stratégie à courte vue du gouvernement.
Transfert de dettes, allongement de vie de la CADES... le gouvernement joue au bonneteau avec les déficits sociaux et adopte une stratégie économique qui détricote le système de sécurité sociale fondé sur la solidarité imaginé par le Conseil National de la Résistance.

En organisant le transfert de la prise en charge de la solidarité vers l’assurance privée, c’est une société à deux vitesses qui nous est imposée, à l’image du système américain dont on connaît les conséquences désastreuses pour les populations les plus fragiles et les classes moyennes.

« En matière d’assurance maladie, la politique du gouvernement visant la diminution de la prise en charge des patients n’est pas l’option juste : elle frappe les plus faibles et a démontré son inefficacité en terme de santé publique » déclare Anny Poursinoff, députée Europe Ecologie – les Verts.

Pour les écologistes, les comptes sociaux ont vocation à s’équilibrer, non par une politique de court terme ou par les mesures injustes proposées dans le cadre de la réforme des retraites, mais par :
• une refonte globale de la fiscalité, avec une extension de l’assiette des prélèvements et l’introduction d’une fiscalité écologique ;
• une politique d’éducation à la santé et de prévention renforcée, pour améliorer la santé publique en amont et réduire les dépenses ;
• une offre de soins répartie de façon équilibrée sur le territoire et accessible à toutes et à tous quelque soient ses revenus et son droit au séjour ;
• une meilleure prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, par une réelle prise en compte de la pénibilité, y compris environnementale (pesticides, produits chimiques) et une médecine du travail indépendante.

« Une fois de plus, le gouvernement choisit l’insécurité sociale plutôt que la solidarité » ajoute Anny Poursinoff. « La logique comptable ne peut se substituer à une réelle politique de santé ».

Contact :
01 40 63 05 14 / 06 85 50 30 26
apoursinoff@assemblee-nationale.fr

Commentaires