départementaux

Europe Ecologie-Les VERTS / groupe de Lavaur-Graulhet

La démocratie n’est pas un acquis, c’est une conquête perpétuelle !

Le 13 décembre, à 20.30 va se tenir à Saint Sulpice une 2nde réunion publique relative à un projet de territoire porté par la Communauté des Communes du Tarn Agout et le Conseil Général. Elle concernera la mise à l’étude du projet phare de développement économique du SCOT du Vaurais : la Zone des Portes du Tarn. Un projet gigantesque de transformation de 260 hectares de terres agricoles fertiles et irrigables en une Zone d’Activités Economiques, à « vocation régionale ». Comme pour la première réunion, il est probable que cette réunion ne réunisse pas grand monde. Probable aussi que les initiés présents déploreront cette situation et se lamenteront sur l’individualisme ambiant. Peut être iront ils jusqu’à douter de l’utilité de la démocratie, qui plus est, quand elle se veut participative.

Et pourtant, qui sait que la concertation est ouverte depuis la mi-juillet 2010 et que des cahiers sont mis à la disposition des habitants du territoire dans 4 lieux (Mairie de Saint Sulpice et Buzet sur Tarn, Espace Ressources de la Communauté de Communes et Conseil Général du Tarn) ? Apparemment peu de monde puisque ces cahiers sont quasiment vides et vierges de remarques . Le groupe Europe Ecologie-Les Verts Lavaur-Graulhet s’interroge sur ce manque de transparence.

Si peu de personnes se déplace à ce genre de réunion, la faute en revient prioritairement aux organisateurs. Quels moyens ont-ils mobilisés pour faire connaître le projet et le processus de concertation en cours ? Pourquoi les informations se concentrent-elles sur les communes de Saint Sulpice et Buzet et n’est pas diffusée dans les 12 autres communes de la CCTA ? S’en tenir a minima aux obligations légales dictées par le processus de concertation en cours est il suffisant pour que les citoyens se saisissent de ce projet ?

Les Vauréens savent-ils par exemple que ce projet engage l’avenir économique de leur territoire pour les 15 à 20 années à venir ? Un projet de telle envergure aura des conséquences graves sur l’économie locale, nos impôts et sur notre quotidien. En outre, ce projet n’est pas neutre, il correspond à un modèle de développement dont l’étiquette « durable » doit être largement soumise à débat. Pour les écologistes, l’artificialisation de terres à fort potentiel agricole, la priorité donnée aux flux routiers, la définition du territoire du Vaurais au travers de la notion de « pôle d’équilibre » de l’agglomération toulousaine ne sont pas des réponses souhaitables aux enjeux des années à venir.

Il est par ailleurs étonnant de constater que ce projet avance plus rapidement que le schéma de cohérence territoriale. La logique voudrait pourtant que l’on ne mette pas la charrue avant les bœufs mais que la réflexion collective devance la mise en œuvre d’initiatives ponctuelles ayant un impact majeur sur l’espace commun.

En faisant part de nos interrogations quant à la pertinence de ce projet dans la cadre de la concertation en cours, les membres du groupe local Europe Ecologie-Les Verts Lavaur-Graulhet souhaitent mettre ce dossier à la connaissance de tous et inviter les habitants du Vaurais à prendre part activement à cette phase d’étude du projet .

La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

P.-S.

Le Groupe Europe Ecologie-Les Verts Lavaur-Graulhet se réunit tous les 2ème mercredis du mois. Prochaine réunion : le 14 janvier 2011. Contact

Commentaires