la tribune libre

Le débat (3) / L’écologie pour rassembler

Depuis la présidentielle de 1974 et la candidature de René Dumont, l’écologie a fait la preuve de sa maturité politique. Nos combats se sont révélés justes, opportuns, avant-gardistes, actuels, en phase avec l’évolution du monde. Ils trouvent aujourd’hui leur validation parce qu’ils nourrissent les projets de la plupart des autres courants politiques. Nous nous réjouissons de cette belle victoire. Elle est celle de tou-te-s les militant-e-s écologistes.

Pour autant, l’existence d’un parti écologiste autonome est toujours une absolue nécessité. Ce travail de conviction reste d’une actualité urgente. Nous sommes convaincus que pour avancer, l’écologie a besoin d’écologistes. D’écologistes réalistes et compétents, volontaires pour agir et prendre des responsabilités, ouverts et capables de construire avec fermeté et clairvoyance des alliances politiques. La majorité de notre congrès de mai 2016 a fixé une ligne d’indépendance, notamment à l’égard du Parti socialiste. A Europa, nous expliquions que face à la monté de l’extrême droite, d’une droite dure encore plus dure, et d’un social libéralisme toujours conquérant, la solution était de rester ouverts, d’être capables de dialogue avec l’ensemble des forces écologistes et de gauche pour dessiner de nouvelles perspectives, le cas échéant construire des accords politiques, et ainsi faire obstacle et résister. Nous disions aussi que l’autonomie contractuelle était toujours la bonne méthode pour garantir à notre parti et à ses militants l’accès à la responsabilité et à l’action au sein des institutions, tellement nécessaires.

L’actualité, en particulier la victoire de Benoît Hamon aux primaires du PS, remet tout à plat et démontre que la ligne votée en mai est devenue obsolète ; son maintien nous condamnerait à un repli identitaire stérile, et contribuerait inexorablement à une lente atrophie de notre parti au moment même où nos propositions sont largement reprises. Aussi, Europa salue l’inflexion de la ligne de la majorité, la prise en compte de la réalité politique et la complexité de la situation actuelle, stratégie énoncée dans la lettre signée par Yannick Jadot et David Cormand.

Yannick est un excellent candidat qui porte avec conviction et clarté nos idéaux écologistes. Il est le porte parole naturel de l’écologie. Pour autant, le contexte actuel appelle au sens des responsabilités. Comme il le déclare lui même nous devons nous ouvrir au dialogue et travailler au rassemblement des forces écologistes et de gauche. Dans le même temps, si l’on veut peser efficacement sur le cours des choses, sa candidature doit être dans tous les cas consolidée, en particulier par le recueil des 500 parrainages.

Les risques réels et les impacts d’une prise de pouvoir par les conservateurs, populistes et autres ennemis de l’Europe et de l’écologie sont trop souvent sous-estimés. La droite et l’extrême droite peuvent être battues, c’est dire l’importance du moment.

C’est pour cela, que le rassemblement devient un souhait partagé bien au-delà d’EELV. A Europa, nous y aspirons avec force. Nous voulons aller vers une convergence respectueuse des valeurs de chacun et en aucun cas nous inscrire dans une démarche de ralliement, d’alignement et de renoncement à nos principes fondateurs. La construction d’alliances doit se faire dans le respect des uns et des autres.

Nous devons être force de proposition et faire réussir le rapprochement de toutes celles et tous ceux qui voient dans la conjugaison de l’écologie et de la solidarité une alternative crédible, un nouveau projet permettant des transformations sociales et écologiques garantissant égalité, dignité, autonomie, émancipation collective, protection de la planète et des générations futures, dans le cadre notamment d’une Europe revivifiée.

Nous préconisons donc d’explorer immédiatement avec les autres forces écologistes et de gauche une méthode et les conditions nous permettant de mettre en mouvement autour d’un projet résolument écologiste et solidaire, toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas devoir voter au second tour pour la droite pour éviter l’extrême droite. Il est encore temps d’agir dans ce sens.

Le rassemblement doit se faire sur un programme clair et crédible. Il ne peut être le résultat d’anathèmes, de rejets, qui le condamneraient à la minorisation. Le rassemblement, n’est plus une affaire d’appareils. Il concerne tous les citoyens progressistes qu’ils soient électeurs écologistes, socialistes ou du Front de gauche. N’oublions pas que le rassemblement, ce sont des additions, pas des soustractions.

Nous disons également qu’il appartient aujourd’hui à toutes et à tous d’envoyer dans les heures qui viennent des signaux clairs et sans ambiguïté favorables à un tel rassemblement. Notamment, Benoit Hamon, maintenant investi et libre de ses mouvements, doit être cohérent avec le bilan qu’il tire de la participation gouvernementale et surtout avec ses projets d’avenir. Il doit clairement indiquer sa volonté d’une rupture avec les pratiques historiques de domination de la gauche et des écologistes par le parti socialiste. Il doit aussi faire de nouveaux pas vers les écologistes et lever ses réserves sur les points auxquels nous sommes fortement attachés. Nous attendons que ses propositions pour un rassemblement s’inscrivent dans un respect du mouvement de l’écologie politique. Ce n’est qu’à ces conditions que ce travail d’exploration des possibles pourrait se transformer en un travail pour un projet en commun.

Nous souhaitons que ces démarches d’exploration ainsi que tous le processus soient menées par le bureau exécutif en toute transparence, en associant de près toutes les composantes de notre parti.

Dans tous les cas, le choix d’un changement d’orientation auquel nous aspirons devra être réalisé démocratiquement avec l’ensemble des militants, adhérents et coopérateurs et mené de sorte que cette démarche conduise à la consolidation de l’écologie politique dans notre pays.

Le 7/02/2017 Pour EUROPA (Ecologie Unité Rassemblement Ouverture Participation Ambition) Le comité d’animation

P.-S.

La « Tribune » est un espace éditorial d’expression libre à l’attention de celles et ceux qui souhaitent participer au débat essentiel à toute vraie démocratie participative. Les propos tenus dans les différents articles de cette rubrique n’engagent pas la responsabilité du groupe Europe Ecologie-Les VERTS de CASTRES et relèvent de l’entière et unique responsabilité de l’auteur(e).