la tribune libre

Le débat (4) / L’Ecologie n’est pas à vendre, encore moins pour un plat de lentilles !

Dans la probabilité où un accord à 3 n’aboutirait pas, nous refusons de nous retrouver en tête à tête avec le PS.

La sensibilité L’Imprévu souhaite vous faire part de sa colère suite au texte envoyé jeudi soir à tou.te.s les adhérent.e.s EELV .

La majorité au sein du Bureau exécutif a voté un texte signé de notre secrétaire national et de notre candidat à l’élection présidentielle et que tou.te.s les militant.e.s ont reçu par mail. Cette déclaration, disons le, change la donne et acte officiellement les négociations avec le Parti socialiste de Benoit Hamon et avance aussi la possibilité qu’EELV désistera sans doute notre candidat en faveur d’un autre. Pour reprendre le texte qui vous a été diffusé, il annonce au quatrième paragraphe :

« Il y a urgence à dépasser les égos et les appareils politiques pour privilégier le projet de société et la dynamique collective. Sans préalable sur qui serait notre candidat commun. »

Évidemment ici le texte est ambiguë et affirme que ce pourrait-être Mélenchon ou Hamon qui pourraient se désister. Mais qui pourrait croire aujourd’hui que l’un comme l’autre pourraient agir en faveur de Yannick Jadot ?

Or il reste encore beaucoup de points de désaccord avec le programme Hamon : quelle garantie avons-nous d’une sortie du nucléaire, la sortie de l’armement nucléaire, d’obtenir une augmentation du smic ou d’obtenir la proportionnelle ? Ce n’est pas parce qu’il y a quelques points communs non négligeables entre son programme et le nôtre que cela en fait un écologiste. Benoit Hamon est au parti socialiste depuis près de 30 ans et vient tout juste de déclarer qu’il n’est "pas là pour proposer des têtes", garantissant du même coup les désignations d’El Khomri, de Valls, ou encore de Le Roux.

Mais, à supposer que malgré tout il nous fasse aujourd’hui des promesses, sur quelle majorité à l’Assemblée pourra-t-il s’appuyer, si le PS reconduit les sortant.e.s qui ont approuvé la politique de Hollande et de Valls ? Et comment peut-on croire dans ces conditions que Mélenchon se désisterait en faveur d’Hamon ? Personne.

Alors pourquoi seulement 4 jours après le second tour de la primaire « La belle alliance ! » courrons nous derrière Hamon ? Pour quel plat de lentilles ? Pour des postes aux législatives ? Pour qui ? Les promesses de Hamon ne sont-elles pas d’une fiabilité équivalente à celles de Hollande, sans plus de garanties concrètes ?

Lors de notre dernier congrès fut voté à une large majorité, il y a moins de 8 mois, une orientation politique très clairement en faveur de l’autonomie de l’écologie politique, ainsi qu’une candidature des écologistes à la présidentielle, pour rappel nous appelions à « un projet écologiste clairement défini porté par une candidature émanant d’EELV ou de la société civile » pour la présidentielle et des candidatures écologistes aux législatives « excluant tout accord même technique avec l’appareil du PS ».

Que pourront penser les quelques 14 000 citoyen.ne.s qui ont participé à notre primaire ? Que penseront les électrices et électeurs de ce retournement de circonstance ?

L’Ecologie n’est pas à vendre, encore moins pour un plat de lentilles. Notre projet, notre philosophie, le paradigme de l’écologie politique doivent être aujourd’hui plus que jamais au cœur du débat politique. Et nous, quelques jours seulement après la primaire socialiste, nous lâcherions ainsi au milieu du gué le candidat écologiste à l’élection présidentielle ? Alors qu’il y a toujours eu une candidature écologiste depuis 1974 ?

La stratégie et les orientations politiques qui ont été adoptées au Congrès sont remises en cause par la majorité du Bureau exécutif, c’est pour cela que nous demandons à la direction de prendre ses responsabilités et de lancer non seulement un vote auprès des militant-e-s ; mais également auprès des électeurs et des électrices de la primaire de l’Ecologie qui s’était engagée à présenter un candidat à l’élection présidentielle.

La coordination de l’imprévu

P.-S.

La « Tribune » est un espace éditorial d’expression libre à l’attention de celles et ceux qui souhaitent participer au débat essentiel à toute vraie démocratie participative. Les propos tenus dans les différents articles de cette rubrique n’engagent pas la responsabilité du groupe Europe Ecologie-Les VERTS de CASTRES et relèvent de l’entière et unique responsabilité de l’auteur(e).