IDEES

Libération du 19 octobre 2017

Judith Rochfeld : « La raréfaction des ressources naturelles a obligé à les envisager comme des biens communs »

De la biodiversité, aux ressources numériques, comment définir les « communs » ? Plus de 200 contributeurs (économistes, historiens, sociologues) relèvent le défi dans un dictionnaire. Pour la juriste Judith Rochfeld, une des coordinatrices de l’ouvrage, la notion remet en question le principe de propriété privée.

Ils se sont frayé un chemin entre l’Etat et le marché, et aussi dans le débat public. Depuis la gestion collective, par des communautés locales, de ressources naturelles menacées de surexploitation jusqu’à la construction de ressources numériques collaboratives, comme les logiciels libres (1) ou l’encyclopédie Wikipédia, les « biens communs » sont au cœur d’expériences pratiques de plus en plus nombreuses. Ils font désormais l’objet d’un épais Dictionnaire des biens communs (PUF), abondé par près de 200 contributeurs. De « Abus de droit » à « Zone à défendre », en passant par « Fablab », « Habitat participatif » ou « Semence paysanne », l’ouvrage dresse un état des lieux du « commun » d’aujourd’hui autant qu’il en explore les fils généalogiques - les « inappropriables » du droit romain, la Magna Carta anglaise de 1215, les écrits de Gracchus Babeuf, de Karl Marx ou de Joseph Proudhon… Professeure de droit à Paris-I, Judith Rochfeld a coordonné l’ensemble avec la juriste Marie Cornu et l’économiste Fabienne Orsi.

... lire la suite

Voir en ligne : sur le site de Libération