le blog-notes

In memoriam / « C’est quand qu’on va où ? »

Archive : Février 2007 l’écoloCASTRES bulletin n°5

Février 2007 l’écoloCASTRES bulletin n°5

« C’est quand qu’on va où ? »

C’est en ces termes, tirés d’une chanson de RENAUD, que le Président du groupe socialiste municipal, Philippe GUERINEAU, nous a adressé ses vœux pour l’année 2007.

L’image accompagnant le texte – une photographie de la façade de l’Hôtel de ville donnant sur le jardin de l’évêché - répond en partie à la question en nous indiquant l’objectif. Le « où » étant clairement déterminé, reste le plus difficile, le « quand » certes, mais surtout le « on ». L’objectif est une chose, le chemin en est une autre. Si l’objectif est unique, le chemin ne pourra se faire seul. Pour qui que ce soit.

Après la défaite cuisante de la dernière municipale, les différents partis de la gauche castraise, unis lors du deuxième tour, ont rejoint leur base arrière. Ce cantonnement mutuel, où chacun s’est ressourcé de vérités partiales et partielles, s’est concrétisé par plus de cinq ans d’absence de relations locales, si ce n’est quelques, peu nombreuses, interventions communes de nos élus municipaux respectifs.

L’encéphalogramme plat de la gauche castraise , perturbé un certain temps au moment du référendum sur le traité constitutionnel européen, fait preuve d’un tracé, pas encore mortel, mais révélateur d’un état plutôt comateux.

Aujourd’hui, et pendant plusieurs semaines, toute notre énergie sera consacrée à l’élection présidentielle et, dans la foulée, à l’élection législative. Pour autant l’élection municipale ne doit pas être absente de notre réflexion politique globale.

La gauche castraise, comme ailleurs, est diverse. Cette diversité est notre richesse, sachons en profiter. Mettons la au service de notre combat commun : battre la droite à toutes les élections.

Il n’y a d’avenir pour la gauche castraise que dans l’unité de sa diversité. Il est encore temps, pour toutes ses composantes, de se rencontrer afin d’élaborer collectivement un compromis politique global permettant notre victoire commune aux élections législatives, municipales et cantonales. Le Parti Socialiste, le Parti Communiste, le Parti Radical de gauche, les Alternatifs et les Verts doivent, très rapidement, se mettre autour d’une table pour préparer, proposer et réaliser, avec la population de CASTRES, l’alternance politique souhaitée et attendue.

Sans cet accord, sans ce compromis politique local, nous ne ferons que renforcer la désespérance de notre électorat et finirons, tous ensemble, mais les uns sans les autres, et très certainement, les autres contre les uns, dans un « Boucan d’enfer » (RENAUD).