Hamon, la bonne surprise de janvier. - l'écoloCASTRES, le blog

Edito de STEPHANE

Hamon, la bonne surprise de janvier.

Plutôt déprimantes ces séquences de primaires. A droite, il fallait voter Juppé pour ne pas avoir Sarkozy et on hérite de Fillon. Chez les écolos, des primaires qui ne font pas l’unanimité, exit Duflot, et un Yannick Jadot à la peine pour ses signatures. A gauche, le jeu de massacre de Hollande n’a même pas pu démarrer que Valls était déjà sur les marches du perron de l’Elysée, si près du but mais … Benoit Hamon passe devant, en faisant une campagne qui ne peut que séduire les écolos tant il vient très largement sur nos espaces de prédilection : rapport au travail, revenu universel, dépersonnalisation de la campagne, langage simple, priorité donnée au lien santé environnement, société bienveillante…

La force de réaction de dimanche s’est jouée dans ses excès habituels. Journalistes dans un premier temps, puis responsables politiques s’en sont donné à cœur joie : pour eux, Hamon qui sort en tête n’a pas de légitimité. Côté journalistes à chaud : dans ce scrutin, « les gens ne répondent pas à la question posée », « Hamon, une candidature de témoignage », « les 2 candidats ne se présentent pas à la même élection : l’un à la présidentielle, l’autre à la tête du parti socialiste », « Hamon ne parle que de sujets annexes et pas des vrais sujets »… Côté politiques, Valls pose immédiatement que lui seul peut mener son camp à la victoire, déniant à Hamon la possibilité de réussir. Mélenchon et le PG dénigrent la participation et l’organisation de la primaire, en martelant « la triche », pour contester toute légitimité au candidat qui sortira vainqueur de ce scrutin que ce soit Valls, ou Hamon, tous dans le même sac.

Pourtant quelle bonne surprise quand on s’engage pour faire évoluer la société. Un candidat, issu du parti socialiste, qui a été sur les bancs de l’assemblée aux côtés des frondeurs, impose ses thématiques et ce ne sont pas celles de la gauche « raisonnable », de la gauche « de gouvernement », celle qui au final s’est plantée mais « avec la rigueur nécessaire ». C’est la gauche qui tient tête à Gilles Bouleau, et qui impose que la santé et l’environnement sont plus importants pour l’avenir de nos enfants que la réduction de la dette financière. « On négocie avec les banquiers, pas avec la nature », phrase qui pose comme préalable les investissements en faveur de l’environnement, pour assumer la première de nos responsabilités, celle de laisser une planète qui permettent à nos enfants de vivre en bonne santé.

La presse locale du lendemain de débat nous relate la position du PS castrais. Les mots d’ordre sont « réalisme politique » et « pragmatisme ». Comme on le voit, le procès en illégitimité se décline ici aussi, ceux qui s’expriment sont des soutiens de Manuel Valls. « Il part du réel pour aller à l’idéal », Valls, il a « trop versé dans l’idéal », Hamon. Natanael Suaud est préoccupé par la question de « l’idéal » et « verse » déjà du côté conservateur. « Le revenu universel est fait pour appâter le chaland », selon Martine Gilmer. Le chaland… qui se fait appâter… , là, en plus du mépris, on sent la responsable politique dépassée par une vague qu’elle n’a pas vu venir. « Le pragmatisme politique fait que l’on a parfois des difficultés à faire ce que l’on voudrait », selon Christophe Testas, qui nous dit, avec ses mots, son impuissance et son renoncement sur le dossier autoroutier, le massacre de l’environnement à venir, le péage à 15 euros pour tous, la concession de l’espace public à Vinci pour 50 ans. En creux, il souligne aussi le courage de Linda Gourjade.

Dimanche prochain, je ferai le déplacement que je n’avais pas fait pour Hollande et que je n’ai pas fait au premier tour de cette primaire de la gauche. Si je fais cette démarche, alors que je suis membre du parti écologiste, et j’espère que mes amis politiques ne le prendront pas mal, c’est avant tout pour les idées que j’ai entendues défendues avec courage et réalisme ces derniers mois, au-delà des cercles écolos dont j’ai l’habitude, par Benoit Hamon. J’ai des désaccords, sur la place du nucléaire civil par exemple, mais je pense que la réduction à 50% est une première étape vers la fin de l’électricité nucléaire qui ne dit pas son nom. L’aspect militaire (porte-avions, arme nucléaire) méritera une discussion approfondie. Mon souhait serait que cette percée inattendue de Benoit Hamon viennent secouer la campagne présidentielle, secouer la gauche, et permette à toutes celles et ceux qui veulent changer la société, construire des imaginaires, de s’exprimer, quels que soient leurs horizons, en s’écoutant, dans une modernité réelle qui prend en compte le monde simplement tel qu’il est. Et puis d’une manière générale, j’ai confiance dans les Benoist, c’est comme ça !

Répondre à cet article

Commentaires

8 Messages de forum

  1. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    Bonsoir et merci Stéphane pour ce bel article. Je partage totalement ton analyse. Dimanche dernier je suis resté "au chaud", dimanche prochain, j’irai - à bicyclette - mettre un bulletin Hamon dans l’urne.

    Et puisqu’il est encore temps "bona annada, plan granada".

    Jean-Pierre Merlo

    | 26 janvier 2017, 22:46

    Répondre à ce message

  2. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    Hamon, Valls et consort, sont la preuve vivante que le PS est un marigot dans lequel les crocodiles attrapent tous ceux qui trainent sur ses berges.

    par giggi | 27 janvier 2017, 08:53

    Répondre à ce message

  3. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    ......benoist XVI .....

    par pippo | 27 janvier 2017, 10:32

    Répondre à ce message

  4. Hamon, une petite lueur d’espoir.

    Merci Stéphane pour cet article.
    Tu résumes bien la pensée de beaucoup d’entre nous.
    Je me suis déplacée dimanche dernier pour Hamon (et pourtant je dis depuis longtemps que je ne me déplacerai plus pour le PS) et je recommencerai dimanche prochain. Hamon une petite lueur d’espoir...
    Il ne dit pas tout ce que j’aimerai entendre, mais c’est le seul qui en dit une partie...
    Bona jornada a totes
    Christine CB

    par Christine CB | 27 janvier 2017, 12:08

    Répondre à ce message

  5. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    La déclaration d’amour de Nicolas Hulot à Benoît Hamon
    Dans un entretien accordé à l’AFP, le (très médiatique) militant écolo se dit "excessivement surpris" par le projet du député des Yvelines. Et en bien.
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/0...

    par l’écoloCASTRES | 27 janvier 2017, 16:53

    Répondre à ce message

    1. Hamon, la bonne surprise de janvier.

      Et bê tu vois, Stéphane, c’est drôle, je me disais la même chose. Je vais traverser la ville pour voter pour un membre du PS. Ça alors, je n’en reviens pas !!! Mais je crois et j’espère une recomposition de cette vraie gauche avant l’élection présidentielle. Pourvu, pourvu qu’il passe le Benoît, je vous dis pas la tête des journalistes et politicards !!!!
      Eveline

      | 29 janvier 2017, 10:07

      Répondre à ce message

  6. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    En effet, une bonne surprise.
    J’irai également voter dimanche !
    Jacky

    par Jacky ADAM | 29 janvier 2017, 12:44

    Répondre à ce message

  7. Hamon, la bonne surprise de janvier.

    « Mon souhait serait que cette percée inattendue de Benoit Hamon viennent secouer la campagne présidentielle, secouer la gauche, et permette à toutes celles et ceux qui veulent changer la société, construire des imaginaires, de s’exprimer, quels que soient leurs horizons, en s’écoutant, dans une modernité réelle qui prend en compte le monde simplement tel qu’il est. " » as-tu écrit : souhait exaucé, du moins pour la secousse. Pour le reste -changer, construire, s’exprimer, s’écouter- va falloir pour chacune et chacun une sacrée dose d’humilité, pour chacune et chacun d’assumer ses convictions et pour chacune et chacun d’endosser ses responsabilités.

    par CAZOTTES Jean-Marc | 3 février 2017, 19:57

    Répondre à ce message