ECOLOGIE

Gaz de schistes : toujours plus loin, toujours plus cher, toujours plus sale !

Les impacts des pétroles et gaz non-conventionnels.

Mercredi 19 janvier à 20h30

Salle du Sénéchal (17 rue Rémusat – métro Capitole - TOULOUSE)

Malgré la controverse et les dangers entourant cette technique d’extraction aux Etats-Unis (grave pollution des nappes phréatiques, grosse consommation d’eau, pollution de l’air, destruction des paysages, etc.), le 30 mai 2010, notre « Ministère de l’Ecologie » octroyait – sans consultation – à plusieurs compagnies extractives, plus de 4000 km2 pour l’exploitation de gaz de schiste autour du plateau du Larzac.

Que sont ces gaz de schiste ? Quel modèle de développement énergétique et économique se profile derrière cette ruée. Toujours plus d’énergie fossile ?

Pour répondre à ces questions, les Amis de la Terre Midi-Pyrénées vous proposent une conférence débat à Toulouse qui sera animée par Aloys Ligault chargé de campagne Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises/Industries Extractives aux Amis de la Terre France.

Quelques informations complémentaires ici :

http://www.cdurable.info/ ou http://tinyurl.com/6duhrmd

http://ownipolitics.com/2010/12/07/gaz-de-schistes-le-tresor-empoisonne-du-sous-sol-francais/

http://www.bastamag.net/article1363.html

http://www.ladepeche.fr/article/2010/12/30/980190-Vent-de-revolte-dans-le-Larzac.html

Contact : Rose Frayssinet 05 61 44 94 87.

http://amisdelaterremp.free.fr


Gaz de schiste : non merci !

Sans aucune information, sans aucune consultation, le gouvernement français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste.

La technique pour ramener le gaz à la surface est nouvelle, délicate et surtout, désastreuse sur le plan environnemental. La « fracturation hydraulique horizontale », consiste à provoquer des failles à l’aide d’un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz et le pétrole pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Trois « ingrédients » sont nécessaires pour créer ces mini séismes : des quantités phénoménales d’eau (entre 15 000 et 20 000 m3), des produits chimiques (plus de 500) pour attaquer la roche et des micro-billes pour maintenir ouvertes les failles.

Aux Etats-Unis, le bilan de l’extraction de ces énergies fossiles est catastrophique : pollution massive des nappes phréatiques et de l’air, destruction des paysages et de milieux naturels, etc. Leur exploitation, en France, conduirait inéluctablement aux mêmes dégâts ainsi qu’à des émissions accrues de gaz à effet de serre, alors même que notre pays s’est engagé à les diviser par quatre.

Les autorisations de prospection sur plus de 10% du territoire ont été accordées sans débat sur les besoins énergétiques à moyen et long terme, sans discussion sur la nécessité de lutter contre le gaspillage, rechercher une meilleure efficacité énergétique et les alternatives renouvelables.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons un débat public avec la société civile, les élus locaux et nationaux, pour dresser un inventaire complet des conséquences environnementales, sanitaires, économiques et sociales de cette « nouvelle folie industrielle ».

C’est pourquoi nous demandons un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français.

Coordination des collectifs pour un moratoire sur la prospection du gaz de schiste

Signez en ligne et télécharger (bientôt) une version papier à faire circuler

Voir en ligne : sur le site des Amis de la Terre Midi-Pyrénées

Commentaires