NUCLEAIRE

Communiqué de presse du mardi 03 décembre 2013

Fessenheim n’en peut plus, l’arrêt définitif est urgent !

● C.S.F.R. (Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin) Membre du Réseau « Sortir du nucléaire » ● STOP FESSENHEIM Membre du Réseau « Sortir du nucléaire » ● Alsace Nature Membre du Réseau « Sortir du nucléaire » ● STOP TRANSPORTS – HALTE AU NUCLEAIRE Membre du Réseau « Sortir du nucléaire »

En plein déroulement de la CLIS, le réacteur N°1 s’est à nouveau arrêté …

Alors qu’en 2011 l’obsolète centrale nucléaire de Fessenheim a battu des records d’indisponibilité, l’année 2013 s’annonce inquiétante en terme d’incidents.

En effet en 2011 les deux réacteurs ont cumulé 367 jours d’arrêts dont 102 jours simultanés, sans que les consommateurs alsaciens ne subissent de restrictions, contrairement à ce que pensent quelques députés et maires de notre région, à priori incompétents sur ces questions énergétiques.

Les arrêts de 2011 correspondent, en terme de production des deux réacteurs, à une puissance nominale (qui est de 880MW, et non de 900MW), à une absence de production équivalente à 390 jours pour les deux réacteurs.

Depuis le début de l’année 2013, nous avons déjà cumulé 261 jours d’arrêts des 2 réacteurs dont 35 jours simultanés.

EDF, dans une communication « hypercontrôlée », tente de nous dissimuler les difficultés d’exploitation qu’elle rencontre pour piloter ses archaïques réacteurs. Nous avons pu ainsi constater les reports successifs du redémarrage du réacteur 2, « prévu » initialement le 23 octobre, mais qui n’a pu se réaliser que le 13 novembre … après qu’un incident classé niveau 1 sur l’échelle INES survenu le 31 octobre fut à nouveau « caché » jusqu’au 05 novembre en soirée …

Si la centrale de Fessenheim était américaine, elle serait très certainement arrêtée, car les compagnies privées américaines ne s’encombreraient pas de telles charges financières. C’est ainsi que les USA ont mis à l’arrêt définitif les deux réacteurs « PWR » San Onofre 2 et San Onofre 3, le 7 juin 2013, à peine âgés de 30 ans !

Le peu que produit Fessenheim n’est qu’une partie de l’électricité gaspillée tout au long de l’année en France et qu’il est urgent d’économiser.
Il serait bien irresponsable d’attendre une nouvelle catastrophe nucléaire pour se passer d’à peine 2% de l’énergie finale consommée dans le monde, que fournissent toutes les centrales nucléaires de la planète aujourd’hui.

Plutôt que de devoir subir un nouveau Tchernobyl ou un nouveau Fukushima, abrégeons immédiatement les essais de lifting sur ces deux « vieilles et dangereuses chaudières » en les arrêtant définitivement.