NUCLEAIRE

FUKUSHIMA FIAT LUX

Monsieur le Directeur du quotidien "la Montagne Noire",

j’ai lu avec intérêt votre édito du N°4668 paru sous le tire "les antinucléaires nous doivent la lumière" car

1° il met l’accent sur le thème de l’énergie qui sera un enjeu majeur pour ce siècle et

2° car il interpelle les antinucléaires français dont je suis.
Vous agitez tout d’abord le spectre classique du retour à la bougie. Or nombre de nos voisins, au nombre desquels les Allemands et les Italiens, ont voté pour la sortie du nucléaire. C’est faire trop d’honneur aux "écolos allemands" de croire qu’ils ont pu imposer à Angela Merckel la sortie du nucléaire ; c’est un souhait massif de la majorité de la population ( par voie référendaire en Italie ).Quant au Danemark, il envisage le recours à 50% aux énergies renouvelables à 50% dès 2025.Enfin, pour ne citer que nos voisins, la Belgique à son tour envisage sa sortie du nucléaire dès 2015.

Relativement au parc nucléaire français et ses 58 réacteurs, il était censé assurer notre indépendance énergétique, nous fournir de l’électricité à bas prix* et même conforter notre balance commerciale à l’export. Or, on découvre qu’il n’en est rien, que la France devient déficitaire dès le mois d’octobre : elle est obligée d’importer du courant , non seulement d’Allemagne (un comble !), mais aussi de Suisse, d’Espagne et d’Italie.
"les réacteurs nucléaires ne font bondir personne de joie" : cette formule pudique vire à la litote car depuis Hiroshima, on sait que l’atome n’est pas inoffensif ; que depuis Tchernobyl, on sait qu’il est ingérable ; depuis Fukushima, on sait qu’il peut stopper pour des décennies l’évolution d’un pays entier.

"les éoliennes qui tournent quand on n’en a pas besoin". petite piqûre de rappel sur l’énergie : le propre des énergies renouvelables est d’être fluctuant et lié à l’état du climat à l’instant T ; de même que l’hydroélectricité ne vaut que si le barrage est plein, le soleil ne chauffe que dans la journée, l’éolienne ne tourne que si le vent souffle etc...Les énergies renouvelables ne sont pas mieux "garanties" que le nucléaire qui est dépendant des approvisionnements en uranium ou le prix du brut qui fluctue selon les marchés.

Le fond de l’affaire, c’est que la France dépense de plus en plus chaque année en électricité. Si le secteur industriel a fait de vrais progrès en matière de productivité et d’économies d’énergie, en revanche le secteur privé, notamment l’habitat constitue un vrai gouffre énergétique. C’est le problème classique de la baignoire qui fuit et pour laquelle on doit ouvrir le robinet à fond pour tenter de la remplir. La faute à un parc immobilier vieillissant, l’absence d’incitations fiscales et surtout au recours massif à cette hérésie énergétique qu’est le chauffage électrique, dont EDF s’est fait le champion depuis des décennies, à rebours de tous les autres pays d ’Europe.

Quel que soit le scénario retenu, Il est urgent d’inciter à des économies massives d’énergie, notamment électrique, par l’isolation des batiments, les gestes civiques et de bon sens d’autorégulation ( ou sobriété énergétique ) voire le recours à des limitations drastiques de consommation.

* À l’Assemblée nationale, le 21 juin dernier, le président de la Commission des finances Jérôme Cahuzac avait demandé à un rapporteur spécial d’examiner l’état financier du nucléaire français. Une première version de ce travail présentée à quelques députés a fait l’effet d’une bombe. En 20 pages le rapporteur spécial Marc Goua dresse un bilan accablant des méthodes et des résultats financiers d’Areva et de plusieurs acteurs du secteur. À le lire, on découvre des responsables qui tentent par tous les moyens de dissimuler les mauvais résultats financiers et le coût exorbitant du nucléaire. Pour continuer à prétendre qu’il s’agit de l’énergie la moins onéreuse. Exemple éloquent : celui du démantèlement des centrales et des installations qui arrivent ou arriveront prochainement en fin de vie. Le parlement avait demandé que la facture soit prise en compte dans le calcul de l’électricité. Peine perdue. Le rapporteur regrette ainsi, non sans ironie, de ne pas avoir obtenu:une décomposition des coûts de l’électricité qui intègre le coût du démantèlement des centrales et du traitement des déchets, le ministre de l’Écologie a fourni sur ce sujet des indications certes solides et détaillées, mais incomplètes. Il signale au demeurant d’emblée que « le nucléaire est le moyen de production électrique le plus compétitif en base ». Le Rapporteur spécial voudrait être assez optimiste pour sauter aussi vite à cette conclusion. La commission Énergie 2050, à peine installée par le ministre de l’Écologie en septembre 2011, a en effet avancé le chiffre de 750 milliards d’euros pour le démantèlement de toutes les installations nucléaires françaises, soit 58 centrales. Cette instance paraît pourtant peu susceptible d’être hostile aux intérêts de la filière nucléaire, puisque les associations militant contre cette forme d’énergie ont refusé d’y être représentées.

Comprenez, si la gestion des déchets et des centrales hors d’usage est effectivement prise en compte, le nucléaire ne constitue plus seulement une source de pollution, il représente aussi un gouffre financier.

Naturellement, je serais heureux de voir ce courrier publié dans un de vos prochaines livraisons de la Montagne Noire, voire de susciter un débat.
Dans cette attente et avec mes cordiales salutations,

Gérard Bastide, maire-adjoint EELV de Labastide-Rouairoux, vice-président du Parc naturel régional du Haut-Languedoc

Répondre à cet article

Commentaires

1 Message

  1. FUKUSHIMA FIAT LUX

    Bien dit !

    Voir en ligne : http://mazamet.info

    par Mazamet Info | 12 août 2015, 14:27

    repondre message