IDEES

Libération du 28 juin 2019

Dominique Guillo : « On a trop pensé que la culture repose avant tout sur une identité partagée »

entretien recueilli par Thibaut SARDIER

Comment reconnecter l’homme à son environnement ? Pour beaucoup, cela implique d’abandonner les notions de nature et culture, responsables du « grand partage » entre les humains et le reste du monde. Dans son livre, le sociologue propose plutôt de s’intéresser dans le détail à nos interactions avec les animaux, sans chercher à savoir à tout prix s’il s’agit de « relations sociales ».

Nature - culture : voilà l’ennemi ! A en croire bien des anthropologues et spécialistes des problèmes écologiques, il faut abolir ce « grand partage » opposant ce qui relève de l’humain et ce qui lui est extérieur. D’une part, parce qu’il est la cause de bien des dégâts : c’est en s’appuyant sur cette opposition, forgée à l’époque moderne, que les Occidentaux, se voyant comme maîtres et possesseurs de la nature, auraient entrepris son exploitation à outrance. D’autre part, parce que les humains ne pourront se sauver d’une crise écologico-climatique qu’en ayant conscience des liens qui les unissent au règne animal et végétal.

Mais suffit-il de faire sauter l’opposition entre deux notions pour entamer une telle entreprise de « reconnexion » ? C’est la question posée par le sociologue Dominique Guillo, directeur de recherche au CNRS, professeur à l’université Mohammed VI Polytechnique, au Maroc, dans son essai les Fondements oubliés de la culture (Seuil). Il y convoque chiens, singes et dauphins pour proposer une méthode nouvelle : analyser dans le détail les interactions entre humains et animaux sans se préoccuper à l’avance de ce qui est naturel ou culturel. Plutôt que de contester la validité de ces grandes notions qui structurent notre pensée, mieux vaut s’intéresser à la façon dont elles s’interpénètrent, explique le chercheur qui espère réconcilier sciences naturelles et sciences sociales.

Pourquoi cette séparation nature-culture est-elle, pour vous, problématique ?

La question de la frontière entre les deux est un piège qui oblige à [ ... lire la suite]

Voir en ligne : L’intégralité de l’article sur le site de Libération

Commentaires