IDEES

Liberation, 3 décembre 2018

Cette colère des gilets jaunes est le résultat de vingt ans de politiques néolibérales

Dominique Méda, Pascal Lokiec , Eric Heyer

La mobilisation des classes populaires et moyennes est due aux mesures d’austérité, incluant modération salariale et désengagement de l’Etat. La solution : changer de cap en conjuguant défi écologique et question sociale.

Tribune. Les dégâts collatéraux des manifestations initiées par le mouvement des gilets jaunes sont immenses et doivent évidemment être condamnés. Mais cela ne doit pas nous empêcher de comprendre les raisons de la colère, seule façon d’éviter un nouvel épisode « séditieux ». Depuis 2008, notre pays a supporté non seulement les conséquences de la plus grave crise financière que nous ayons connue depuis 1929 mais également celles des énormes erreurs de politique économique qui s’en sont ensuivies. En 2011, alors que la France relevait la tête, des politiques d’austérité ont été promues par les institutions internationales, FMI et Commission européenne en tête, qui ont replongé les pays européens dans la stagnation. Alors que la crise s’expliquait par les dysfonctionnements majeurs du capitalisme financier et que les dettes publiques s’étaient accrues pour sauver le système financier, notre modèle social et notre prétendue incapacité à assurer une bonne gestion des finances publiques ont été pris comme boucs émissaires. Partout en Europe, des politiques de désinflation compétitive et de modération salariale ont été mises en œuvre, dans une compétition mortifère d’abaissement des normes. En 2014, en France, [ ... lire la suite]

Voir en ligne : L’intégralité de l’article sur le site de Libération

Commentaires