Législatives 2012

communiqué de presse du 28 février 2012

Benoist COULIOU / L’écologie n’est pas une menace pour l’agriculture

Le Salon de l’Agriculture vient de fermer ses portes. À l’occasion de sa visite, Nicolas Sarkozy a de nouveau tenté d’opposer les écologistes et les agriculteurs. Mais l’indispensable réflexion sur l’avenir de l’agriculture mérite mieux que ce conflit artificiellement entretenu par le président sortant. Aucun écologiste ne considère les agriculteurs comme des ennemis de la nature. L’économie française a besoin d’une agriculture forte. Dans les zones de montagne, la production agricole doit absolument être préservée. La question, plus que jamais, est la suivante : comment fait-on pour permettre l’accès à une alimentation saine et de qualité, produite par des paysans plus nombreux, bien rémunérés, et qui travaillent dans un environnement préservé ?

Issu d’une famille de paysans, j’ai pu mesurer les conséquences terribles du modèle productiviste qu’on a imposé aux agriculteurs. J’ai vu leur paupérisation croissante, la pression des grands semenciers, les ravages des produits phytosanitaires sur leur santé comme sur la nature, leur dépendance accrue à la grande distribution. Aujourd’hui, les agriculteurs ne doivent plus rester seuls face à ces difficultés. Elles sont dues à un modèle de production qu’il nous faut, ensemble, dépasser. Ce que nous proposons avec Éva Joly, c’est un nouveau pacte agricole qui lie producteurs et consommateurs autour de solutions efficaces. Comme le développement de la production biologique afin de fournir l’ensemble des cantines scolaires, la réduction des pesticides avec l’objectif de les éliminer d’ici une génération, le développement des circuits courts, la lutte contre la privatisation des semences. Il faut réorienter la PAC qui devra prendre en compte le nombre de personnes travaillant sur l’exploitation et non plus le nombre d’hectares. La nouvelle PAC veillera à la mise en place de mécanismes pour protéger les agriculteurs et les consommateurs de la spéculation et de la volatilité des prix. Elle devra aussi trouver les mécanismes de la mise à disposition de terres pour permettre l’installation de jeunes agriculteurs en plus grand nombre. La structure actuelle avec des exploitations devenues trop grandes et trop coûteuses conduisent à l’impasse l’Agriculture française et les agriculteurs.

C’est ainsi que les agriculteurs pourront vivre dignement, de leur travail. Non, l’écologie n’est pas une menace pour l’agriculture : elle en garantit l’avenir.

Benoist COULIOU, Candidat Europe Ecologie – les Verts aux élections législatives sur la première circonscription du Tarn