Autoroute

Collectif RN 126

Autoroute Castres-Toulouse : les incohérences du dossier

Certaines ou certains parmi vous ont déjà reçu au moins un des éléments figurant dans cet envoi.

La Dépêche continuant à ignorer les arguments de celles et ceux qui défendons la recherche et la mise en oeuvre de solutions alternatives à l’autoroute (présentée comme seule solution. . . ), nous avons choisi de diffuser "largement" nos arguments et nos propositions avec les moyens qui sont les notres.

Le débat qui va s’ouvrir se doit de prendre en compte TOUS les arguments

Merci de votre attention et, que vous soyiez favorables à la solution "autoroute", ou que vous soyiez sensibles à la pertinence de nos analyses et de nos propositions, merci de diffuser dans vos groupes, associations, syndicats, partis. . . voire dans votre famille, vos relations et voisinage . . . concernés.

Suite à l’article paru vendredi dans la Dépêche du Midi, cliquez ici

En PJ, un courrier que nous avons transmis à la CPDP* pour montrer que la faisabilité de l’autoroute est fortement compromise, et qu’à défendre une solution qui ne débouchera jamais, le Tarn sud se retrouvera "Gros Jean comme devant" sans les aménagements minimum nécessaires. Il ne faut pas se tromper de cheval en défendant un machin indéfendable !

D’ailleurs, tel que cette affaire s’est engagée, il est presque sûr que l’Etat aujourd’hui ne veut pas la financer.

Les élus et responsables sociaux économiques, il faut les pousser à investir dans l’aménagement de la route, seule voie viable, comme le fait Malvy.

Et puis, 14€50 tarif 2009 pour Castres-Toulouse-Castres, qui sera en mesure de se payer l’autoroute quotidiennement pour aller bosser sur Toulouse ? Personne, ou quelques privilégiés.

Vous pensez que le prix du péage sera négociable ? Pas d’illusion, les concessionnaires demanderont une subvention d ’équilibre plus forte encore, condamnant encore plus vite l’affaire. Ça tergiversera longtemps en haut lieu pour savoir qui paiera, ils finiront par craquer et laisseront tomber. Sauf que plus aucun élu ne voudra se mobiliser pour l’aménagement de la route, ce sera le syndrome de la victimisation.

Quelques éléments de réflexion parmi des dizaines :

1. Avez vous fait le calcul du prix de revient annuel d’un trajet Castres-Toulouse pour le travail en voiture ? 17800€, avec une 6CV, barème km impôts 2008, péage à 15 € aller-retour. A comparer à une carte d’abonnement SNCF de 1500 €, prise en charge à 50% par l’employeur quand l’entreprise fait plus de 50 salariés. Le train ou les TC en général, c’est imbattable.

2. Efficacité de la ligne de cars régionaux Toulouse-Castres-Mazamet ? Nulle, elle coûte près de 1/2 million d’€ par an au conseil régional pour éponger la dette du prestataire, l’entreprise Balent ! Tout simplement parce que cette ligne, telle qu’elle est conçue est inefficace !!!

3. Le gain de temps entre l’autoroute et une route aménagée pour aller à Toulouse Est ou Sud ? : Moins de 6 mn une fois les pb de fluidité réglés entre Castres et SOual avec la route aménagée. Gain encore plus faible quand demain les autoroutes seront à 110 km/h (c’est le cas en Lorraine, PACA) et les autoroutes urbaines à 70 km/h (c’est le cas à Grenoble, Bordeaux, etc ...)

4. Et la disparition des déviations de Soual, Puylaurens gratuites aujourd’hui ? Quel cadre de vie demain pour ces villes ?

5. Est ce que c’est relocaliser l’économie de permettre aux travailleurs d’habiter sur Castres et de travailler sur Toulouse ? Certainement pas, relocaliser, c’est rapprocher l’habitat et l’emploi, densifier sur le bassin d’emplois, et ne pas permettre la fuite. Et donc si on habite et travaille sur Castres, à qui sert l’autoroute ? A qq privilégiés 1 fois par semaine ! C’est une infrastructure bien chère à faire payer par tous pour qq uns. Où est l’intérêt collectif ?

6. L’autoroute, image de modernité ! C’était vrai il y a 30 ans voire 20 ans. Les temps changent et aujourd’hui encore plus demain,ce qui donne une image de modernité, c’est la capacité d’un territoire à s’adapter à offrir des services efficaces comme les autoroutes numériques, et ferroviaires (voire pub de la sncf). Il n’y a qu’à voir ce qui attire les gens dans certaines régions.

7. L’autoroute, élément attractif pour les entreprises ? Mais quelles entreprises, comment garantir que cette autoroute "croupion" attirera l’entrepreneur ? Qu’est ce qui est réellement attracteur pour une entreprise ? La comparaison avec Albi n’est pas valable, Albi est sur un axe Toulouse Lyon, Montauban, Toulouse Bordeaux, Castres sur quel axe ? Toulouse Béziers par St Pons ? Faut pas rêver, en 2090 peut être, mais il n’y aura plus de pétrole. Et une route aménagée, gratuite, et garantissant sécurité et régularité des temsp de parcours ne rendrait elle pas les mêmes services ?

Même s’il y a encore du pétrole pour qq dizaines d’années, le prix des carburants ne cessera d’augmenter. Prédiction : 1,75€ le super ou le gasoil, en 2016. Suffit de consulter l’évolution du prix des carburants depuis plus de 10 ans. Malgré qq soubresauts, l’évolution est tj la même.

Bref, il y a encore plein de sujets à aborder, sur les trafics, la sécurité, etc ... que la route aménagée permet de traiter pour moins cher et gratuitement à l’usager que l’autoroute.

Amitiés.

Collectif RN126

* CPDP : Il s’agit de la Commission pour le Débat Public, qui remettra son rapport au printemps


Voir en ligne : Collectif RN126



Commentaires