Autoroute

Autoroute Castres-Toulouse : les alternatives plus que jamais !

Samedi 29 janvier, entre 10H00 et 12H00, rond point de Verfeil (bretelle de l’embranchement de l’A68), il sera plus que jamais nécessaire de nous rassembler, pour dénoncer encore et toujours ce projet de 2x2 voies, et pour demander que les solutions alternatives soient enfin considérées.

On pourrait en effet croire que le projet autoroutier Castres Toulouse a atteint son rythme de croisière, après que l’ancien et triste ministre de l’écologie Borloo ait donné son feu … vert. Loin s’en faut ! Certaines associations dénoncent déjà le caractère fallacieux du comité de suivi créé par le préfet, ainsi que sa composition. Plus grave, ce projet ne remplit pas les critères « éco » pourtant prévus par les lois Grenelle II : pourquoi a-t-il alors été validé ? Si on porte attention aux propos du député Carayon, qui remercie le directeur de cabinet de Borloo, ancien préfet de région Midi-Pyrénées (et ardent activiste pour l’autoroute), on comprend que le lobbying libéral prévaut au détriment de l’avis des citoyens. Le calendrier est devenu flottant : la mairie de Castres a d’ailleurs supprimé la mention « 2013 » sur son logo, ce qui remet en question une bonne part de son argumentaire. L’aire d’étude s’étend maintenant jusqu’à Gragnague, avec quelles arrières pensées ? Le retour du grand contournement de Toulouse pourtant abandonné après débat citoyen ?

Les mauvaises surprises vont continuer, nous pouvons déjà vous les annoncer.

Les 130 millions à charge de l’État et des collectivités territoriales : ce sera bien plus ! Le péage : ce ne sera pas 15 euros aller/retour, mais 16, 17 ou 18 euros ! Les emplois promis à Castres : ils seront créés … mais à Toulouse ! Et Castres deviendra une ville dortoir. Les écosystèmes seront protégés mais par du bitume !

Nous membres d’Europe Écologie-les Verts, serons en première ligne, aux côtés des associations et des autres partis politiques qui refusent ce projet aberrant. Nous continuerons de travailler pour convaincre les élus locaux « de regarder les petites lignes du contrat » qu’ils s’apprêtent à signer au nom des citoyens et avec leur argent. Nous leur tendrons une loupe, celle qu’il nous a été interdit d’employer lors du débat public, lorsque les opposants à l’autoroute se sont fait force de proposition. Il n’est jamais trop tard pour renoncer, jamais trop tard pour prendre une décision qui sert mieux l’intérêt collectif et la protection de l’environnement. Les élections cantonales permettront d’envoyer des messages forts à tous ceux qui baissent les bras face au caractère inévitable d’une autoroute ou d’une 2x2 voies. Le fatalisme n’a pas sa place ici, en tout cas pas pour nous, et c’est le sens de notre engagement !

Stéphane Deleforge, porte-parole Europe Écologie-les Verts Tarn

Commentaires