CASTRES MUNICIPALE 2014

Alternatives à Castres - Élections municipales. Mars 2014 / Choisir le vivre ensemble contre la peur

communiqué du 9 février 2014

Comme en 2001, Pascal Bugis a donc décidé de lancer la machine à fabriquer de la peur. Sa présentation délirante d’un texte encore à l’état de projet qui laisserait impunis les auteurs de délits et de crimes n’est pas digne d’un homme qui prétend continuer à diriger une ville de 45 000 habitants. Il reprend à son compte les outrances de l’extrême droite. C’est un aveu de faiblesse et d’absence de vision du devenir d’une ville qui mérite mieux que les élucubrations de la « droite forte et décomplexée ». A Castres comme ailleurs, croire que toujours plus de répression permettra de lutter efficacement contre la délinquance est un leurre. On ne compte plus les études qui montrent que de même que la vidéosurveillance ne fait que déplacer la délinquance, l’enfermement systématique est un frein à la réinsertion et un facteur de récidive.

Les politiques sécuritaires initiées depuis 2002 par Nicolas Sarkozy sont en échec, et ce n’est pas un hasard. Assurer la tranquillité publique passe bien sûr par de la fermeté face aux délits (mais qui pourrait penser le contraire ?). Mais sans volonté de développer le vivre-ensemble dans notre ville, la fermeté n’est qu’une posture vaine. Les solutions efficaces existent : renforcer la présence sur le terrain de la police républicaine, soutenir le travail des médiateurs et des éducateurs aux côtés des familles, élargir le tissu associatif et éducatif, développer sur toute la ville les espaces de partage, multiplier les projets culturels et d’animation. Ce sont celles que propose la liste « Alternatives à Castres ».

La peur n’est jamais bonne conseillère. Celles et ceux qui l’entretiennent ne cherchent jamais à améliorer la situation, mais à en profiter. La nuance est de taille