Collectif RN126

Analyse du collectif RN126

AUTOROUTE CASTRES / TOULOUSE : Le refus de l’autoroute s’affirme au Conseil Régional

retour sur la séance plénière du 28 février 2011

Même si la question du projet autoroutier est passée au second plan par rapport à la LGV dans le débat au Conseil régional sur le SNIT le 28 février 2011, des messages importants ont été donnés qui préfigurent un profond changement de perception par les élus du projet autoroutier Castres – Toulouse.

Le premier a été celui du président M. Malvy dont l’intervention montre que ce projet est une mauvaise idée, que le Conseil régional ne participera pas au financement, et que la meilleure solution pour répondre au besoin du bassin d’emploi Castres – Mazamet est depuis longtemps « une voie normale, classique, traditionnelle et gratuite ».

Quant aux autres interventions, on notera l’excellente intervention de N. Frechou sur la nécessité de revenir à plus de réalisme et d’équité sociale en travaillant sur un projet d’aménagement de l’existant. De même, l’intervention de G. Cros, reprenant tous ces éléments, a mis en avant l’aberration de ce projet au regard des exigences sociales et environnementales d’aujourd’hui.

Bien entendu, il y avait les défenseurs du projet autoroutier, le plus caricatural dans son intervention étant Martignac, qui visiblement ne s’est pas penché sur la réalité technique du dossier, et s’est contenté de reprendre les arguments simplistes d’une autre époque « autoroute = développement économique » que les partisans de l’autoroute nous assènent depuis 4 ans déjà, en contradiction avec les constats de bien des experts.

Cette séance plénière du Conseil régional est riche d’enseignement. Le projet autoroutier Castres – Toulouse n’a jamais fait l’unanimité. Le Conseil régional s’affiche désormais résolument contre, et en faveur de l’aménagement de l’existant. Pour certains, c’est une 2x2 voies gratuite, pour d’autres un aménagement raisonné et adapté. A nous de convaincre que c’est cette dernière solution (aménagement raisonné) qu’il faut retenir dans l’intérêt de tous.

Voir en ligne : la suite de l’analyse du collectif RN126

Répondre à cet article

Commentaires

4 Messages de forum

  1. | 11 mars 2011, 18:47

    Répondre à ce message

  2. AUTOROUTE CASTRES / TOULOUSE : Le refus de l’autoroute s’affirme au Conseil Régional

    Travestir les propos du président du conseil régional au sujet de l’aménagement de la RN 126 CASTRES/TtOULOUSE n’est pas la meilleure façon d’informer vos lecteurs.
    Je rapelle ses propos : Le pôle industriel de Castres Mazamet mérite une 2X2 voies classique sans péage,une différence de 5 minutes à 11O Km au lieu de 130 Km ne justifie pas une autoroute à péage..
    L’avis sur le schéma national de infrastructures voté par la Région lundi 28 02 reprend cette position.
    La demande d’abandon de la référence à une 2X2 voies du groupe Europe Ecologie a été rejetée.

    Bernard RAYNAUD Vice Président de la Région Midi Pyrénées

    | 11 mars 2011, 21:11

    Répondre à ce message

  3. AUTOROUTE CASTRES / TOULOUSE : Le refus de l’autoroute s’affirme au Conseil Régional

    A priori, le développement économique serait tout autant assuré avec un meilleur cadencement des liaisons ferrées entre Castres et Toulouse et l’exploitation d’un serviec de ferroutage sur la même ligne.Le problème, prendre le train avec d’autres gens que l’ion ne connait pas et abandonner sa sacrosainte voiture, reflet de l’égo que chacun cherche à projetter ! Pour le frêt ; il ne s’agirait que de logistique et dela réduirait considérablement l’engorgement routier.
    Sérieusement, au regard de l’évolution actuelle et future prévisible des prix du pétrole, une autoroute est-elle sérieuse ?
    Je ne pense pas !
    Un projet d’un autre temps, en effet, plus de 20 ans de retard...

    | 11 mars 2011, 21:29

    Répondre à ce message

  4. AUTOROUTE CASTRES / TOULOUSE : Le refus de l’autoroute s’affirme au Conseil Régional

    Dans l’avis du conseil régional sur le SRIT et plus particulièrement la liaison 2x2 voies Toulouse Castres, nous sommes en plein dans des postures politiques, tant des écologistes que de l’ultra gauche et des socialistes, qui, à l’approche des cantonales, cherchent à flatter un électorat métropolitain dont l’environnement, les déplacements, la qualité de vie en général, se dégradent, pour cause d’expansionnisme urbain très mal contrôlé.
    On est loin des préoccupations d’intérêt général et d’intérêt régional.
    Si l’écrasant majorité des citoyen, des entreprises, des acteurs économiques, politiques, syndicaux et associatifs du Pays d’Autan et des Monts de Lacaune, revendiquent une autoroute, payante de surcroit, ce n’est pas parce qu’ils aiment furieusement les autoroutes à péage, comme certains osent naïvement le penser…… mais c’est simplement parce que pour leur travail, leurs affaires, leurs recherches, leur loisirs, leurs études, leurs échanges, ils ont besoin des services rare qu’offre la métropole et veulent s’associer à son dynamisme.
    En dépit de la priorité donnée par les décentralisations successives au développement des préfectures, force est de constater que pour eux, l’intérêt d’aller vers Albi s’est réduit face à la montée en puissance de la métropolisation toulousaine. Par ailleurs, l’état du réseau ferroviaire (à ne pas confondre avec le service…) Toulouse Castres s’est fortement amélioré qualités, mais il ne réponde qu’imparfaitement et partiellement à l’intensité des échanges actuels et futurs. Pour les réseaux numériques, c’est le top !
    A ce jour, pour des raisons politiques ou de préséance institutionnelle, la solidarité financière nationale et régionale a toujours été refusée ou du moins minimalisée aux sud tarnais, afin de concrétiser une infrastructure routière moderne, à 2X2 voies, qui réponde à leurs besoins …. Au fil du temps ils ont le sentiment d’être devenus des « naufragés de l’aménagement du territoire ! » dans une période de forte mutation de leur économie.
    Mais, sauf les politiciens et les nimbistes, personne n’a plus envie de refaire un débat public intéressant, mais couteux et très conditionné par l’impécuniosité de l’Etat, l’absence de vision stratégique du conseil régional et des conseils départementaux aux abois et législativement agonisant.
    L’Etat, sommé de répondre à des besoins économiques, citoyens et territoriaux bien réels, a su tranché politiquement pour la moins mauvaise solution qui répond à l’urgence du désenclavement. Tous ceux qui spéculent sur 2012, 2014, et plus généralement un revirement politique, prennent un grand risque par rapport aux populations concernées par ce projet….
    L’Etat devra aller jusqu’au bout malgré les atermoiement des conseils régionaux et départementaux gérés par la gauche…, quitte à prendre à sa charge la totalité d’une éventuelle subvention d’équilibre de la concession. Pour cela, il devra chercher à réduire le cout d’investissement et de fonctionnement de cet ouvrage sans sacrifier à la réduction des impacts humains, environnementaux et agricole, et entre autre, minimiser le nombre d’échangeurs, afin de répondre aux stricts objectifs :

    -  de désenclavement de Castres Mazamet La Montagne et Revel, qui est l’essence de ce projet. ,
    -  de minimiser le coût du péage, pour maintenir l’équité territoriale par rapport aux autres pôles urbains régionaux d’équilibre tels Albi, Rodez, Auch, Tarbes….

    Le Président Malvy, en fin politicien de gauche, pourra continuer à vilipender l’Etat de droite pour faire oublier les turpitudes de Midi Pyrénées qu’il clame haut et fort être la région la moins endetté de France, tout en refusant sa solidarité financière à des territoires qui veulent tenir et renforcer leur place dans une région dynamique, et connaissent encore, malgré Pierre Fabre, des mutations économiques difficiles, mais ont le tord de voter majoritairement à droite.
    La maturité régionale n’est pas encore là, et elle contraint les politiques à introspecter les propos opportunistes d’un capitaine qui ne semble pas trop savoir vers où il doit guider son navire…..dommage

    par cazali | 15 mars 2011, 00:16

    Répondre à ce message