A/ l’écoloCASTRES,le blog

Université J.F. Champollion d’Albi

ATTAC Tarn / conférence-débat : La nature n’a pas de prix, les méprises de l’économie verte.

mardi 27 novembre 2012 à 20h30

Conférence animée par Geneviève Azam, enseignante-chercheur à l’université Toulouse 2 Le Mirail, économiste et militante altermondialiste, membre du conseil scientifique d’Attac France.

La conférence-débat :

Face à la longue crise structurelle que traversent nos sociétés et alors que la poursuite de l’accumulation capitaliste se heurte à une crise énergétique, à une pression sans précédent sur les ressources naturelles, au changement climatique, la tentation est grande de soumettre la nature aux exigences de l’efficacité économique et d’en faire un nouveau "terrain de jeu" pour les puissances industrielles et financières.

Plusieurs voies sont déjà ouvertes. Outre l’augmentation du prélèvement des ressources, ce sont les flux de « services écosystémiques » (captation du carbone par exemple) rendu jusqu’ici gratuitement par ce qu’un tel système pourrait appeler "l’entreprise nature", qu’il s’agirait de valoriser en leur donnant un prix et en permettant leur échange sur des marchés "appropriés". De même, considérant que la sortie du pétrole est inéluctable, des investissements très importants sont déjà effectués dans la production d’énergie à partir de la biomasse, voire pour la production de la biomasse elle même.

Au lieu de soumettre les activités économiques aux contraintes écologiques et d’envisager une transition écologique et sociale, il s’agit avec cette économie verte là, de faire entrer les cycles de la nature dans le cycle du capital et de la valorisation économique.

Les politiques néolibérales, en réduisant les humains à du "capital" humain et le Terre à du "capital" naturel, ruinent les sociétés car elles s’attaquent à ce qui fait la substance et la richesse : le travail de la Terre. Le dette écologique s’ajoute à la dette financière.

Quelles alternatives opposer à cette économie verte ?

Conférence débat proposée en partenariat avec l’AJET (Association Jaurés Espace Tarn) et la FSU (Fédération Syndicale Unitaire).